À découvert

Tout ce qu'on peut faire, c'est trimer comme tous les autres. Comme le type qui fait le coiffeur pour chien et le type qui balaie le crottin de cheval. On déteste son boulot. On se déteste. Et on espère.
Jim Thompson - Une femme d'enfer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 11 mai

Contenu

Roman - Thriller

À découvert

Disparition - Trafic MAJ jeudi 28 mars 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

Harlan Coben
Shelter - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Cécile Arnaud
Paris : Fleuve noir, septembre 2012
288 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-265-09250-1
Coll. "Noirs"

Arsenic et grosses ficelles

Même les aficionados du prolifique Harlan Coben commençaient à trouver que ses romans commençaient à tous se ressembler. Cette fois, avec À découvert, roman qui paraît simultanément au Fleuve noir dans une collection adulte et chez Pocket jeunesse (à partir de quinze ans), il innove en prenant pour protagoniste un ado du nom de Mickey Bolitar (le neveu de Myron Bolitar, qui fait une apparition, on comprend que les adolescents pourraient s'identifier au héros, ce qui rend stratégique la publication dans une maison d'édition jeunesse) qui a bien des malheurs : son père est mort sous ses yeux et sa mère est en cure de désintoxication. Or il croise une légende locale, une vieille dame surnommée "La Femme chauve-souris", qui l'appelle par son nom et prétend que son père est vivant. Peu après, son amie de classe Ashley disparaît. L'enquête mènera Mickey Bolitar vers un club de strip-tease cachant d'étranges trafics.

On le voit, rien de bien original dans tout ça, tant les ficelles utilisées relèvent plutôt de la corde à nœuds, même si Harlan Coben arrive à rendre la voix d'un adolescent ; le tout dans un style de type verbe-sujet-complément compréhensible par tous (et à la traduction irréprochable) — mais il faut dire que ce roman était le premier de l'auteur à être publié sous le label "Jeunes adultes" alors que le Fleuve noir est une maison d'édition "adulte". Comme souvent, lorsque vient la conclusion, elle est bien plus simple que tout ce qui l'a précédé, avec un contrepoint remontant à la Seconde Guerre mondiale et aux horreurs nazies qui fait un peu rajouté. De plus, sans déflorer, un élément de mystère se dénoue d'une façon un peu facile. Pour ceux qui ont l'âge du protagoniste, ce roman peut être une première approche du genre ; les lecteurs chevronnés, eux, sont en droit d'en attendre un peu plus...

Citation

Les yeux baissés, je contemplais un portrait de Robespierre, datant du début de l'année 1794. Il avait l'air particulièrement sûr de lui. Avait-il seulement idée du sort qui l'attendait dans les mois suivants ?

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 07 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page