Voyoucratie

Mais ce meurtre-ci rentrerait dans la légende. Il avait entendu dire que chaque flic rencontrait dans sa vie une affaire qui éclipsait toutes les autres. Qui donnait envie d'abandonner le boulot. Peut-être pour aller poser des plaques de plâtre à la place. Et Hauser savait déjà que celle-ci serait la sienne.
Robert Pobi - L'Invisible
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 21 septembre

Contenu

Roman - Noir

Voyoucratie

Braquage/Cambriolage - Corruption - Gang MAJ mercredi 12 septembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,65 €

Dominique Forma
Paris : Rivages, septembre 2012
192 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2397-5
Coll. "Noir", 881

Actualités

  • 26/08 Café littéraire: Apéro polar - Saison 5 # 1 : Dominique Forma
  • 22/10 Librairie: Dominique Forma & Serge Quadruppanis
  • 07/09 Édition: Parutions de la semaine - 7 septembre
    Les thrillers ouvrent le bal en ce début de rentrée littéraire. Démarrage en trombe avec les Harlan Coben, Jean-Christophe Grangé, Lisa Gardner et autres Gillian Flynn, mais les romans noirs et sombres ne sont pas en reste avec la parution des "deuxièmes" Stuart Neville et Leonardo Oyola. Le premier se fait discret alors que le second est omniprésent sur la toile (sauf chez nous - pour l'instant - ne manqueront pas de noter les plus averties des éditrices asphaltées). À noter que Rivages publie deux inédits signés Michaël Mention et Dominique Forma, bien accueillis à la rédaction, que Krakoen envoie sa deuxième fournée de "Petits noirs" avec des nouvelles d'auteurs français (parmi lesquels on retrouve étonnamment le k-libriste Frédéric Prilleux), et que le Livre de poche ressort deux romans d'auteurs transfuges du Masque au Seuil, Ron Rash (que nous avons rencontré) et Don Winslow. Une semaine vous l'aurez compris placée sous le signez du chiffre "deux" :

    Grand format :
    À découvert, de Harlan Coben (Fleuve noir, "Noirs")
    Tu es le mal, de Roberto Costantini (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Caché, de David Ellis (Le Cherche midi, "Thrillers")
    Les Apparences, de Gillian Flynn (Sonatine)
    Les Morsures du passé, de Lisa Gardner (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Kaïken, de Jean-Christophe Grangé (Albin Michel, "Thriller")
    Les Fantômes de l'harmonica, de Jean-Pierre Larminier (Jeanne d'Arc)
    Trois histoires énigmatiques suivi de Une nouvelle aventure d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (Librio)
    Anima, de Wajdi Mouawad (Actes sud)
    Collusion, de Stuart Neville (Rivages, "Thriller")
    Chamamé, de Leonardo Oyola (Asphalte, "Fictions")
    Le Parieur, d'Alexis Salatko (Fayard, "Littérature française")
    Je pars demain pour une destination inconnue : Exodus, 1947, de Maud Tabachnik (Archipel, "Cœur noir")

    Poche :
    Ne la quitte pas des yeux, de Linwood Barclay (J'ai lu, "Thriller")
    Nonne à tout faire, de Guillaume Béchard (Grand west, "Poche")
    Ligne 13, d'Antoine Blocier (Krakoen, "Petit noir")
    Tu me suivras dans la tombe et autres romans, de James Hadley Chase (Folio, "Policier")
    Remède mortel, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Les Instruments de la nuit, de Thomas H. Cook (Pointsdeux, "Pointsdeux")
    Les Mariolles, de Frédéric Dard (Pocket)
    Boarding, de Jean-Marc Demetz (Krakoen, "Petit noir")
    Voyoucratie, de Dominique Forma (Rivages, "Noir")
    La Fille cachée, de Lisa Gardner (Archipoche, "Archipoche")
    La Maison d'à côté, de Lisa Gardner (LGF, "Thriller")
    Les Plumes du dinosaure, de Sissel-Jo Gazan (LGF, "Thriller")
    Nocturne, de Martha Grimes (City, "Poche")
    The Killing, de David Hewson (J'ai lu, "Thriller")
    La Rivière perdue, de Michael Koryta (LGF, "Thriller")
    Le Diable dans la ville blanche, d'Erik Larson (LGF, "Thriller")
    Une nuit sur la mer, de Patricia J. MacDonald (LGF, "Thriller")
    La Ville des enfants perdus, de Jennifer McMahon (LGF, "Thriller")
    Lucille, de Franck Membribe (Krakoen, "Petit noir")
    Sale temps pour le pays, de Michaël Mention (Rivages, "Noir")
    Une mer sans soleil, de Anne Perry (10-18, "Grands détectives")
    Encubé, de Frédéric Prilleux (Krakoen, "Petit noir")
    Serena, de Ron Rash (LGF)
    Du bois dont on fait les pipes, de San-Antonio (Pocket, "Les Nouvelles aventures de San-Antonio)
    La Fin des haricots, de San-Antonio (Pocket, "Les Nouvelles aventures de San-Antonio)
    Chapeau, de Hervé Sard (Krakoen, "Petit noir")
    Entre deux voix : journal d'une jeune interprète de conférence, de Jenny Müller Sigot (Mon village, "Roman poche")
    Ulve la rouge, de Claude Soloy (Krakoen, "Petit noir")
    Savages, de Don Winslow (LGF, "Policier")
    Liens : À découvert |Remède mortel |La Maison d'à côté |Les Morsures du passé |Les Plumes du dinosaure |Kaïken |Le Diable dans la ville blanche |Une nuit, sur la mer |Serena |Chapeau |Je pars demain pour une destination inconnue |Savages |Sale temps pour le pays |Caché |Tu es le mal |Chamamé |The Killing |Linwood Barclay |Antoine Blocier |James Hadley Chase |Thomas H. Cook |Frédéric Dard |Jean-Marc Demetz |Gillian Flynn |Dominique Forma |Lisa Gardner |Martha Grimes |Michael Koryta |Jean-Pierre Larminier |Maurice Leblanc |Patricia McDonald |Franck Membribe |Stuart Neville |Leonardo Oyola |Anne Perry |Ron Rash | San-Antonio |Hervé Sard |Maud Tabachnik |Don Winslow |David Ellis |Roberto Costantini

Le bal des voyous

Voyoucratie c'est un roman court et dense dans lequel Dominique Forma s'amuse faire entrer un à un des personnages picaresques et représentatifs des petites frappes de banlieue. On se demande bien d'ailleurs comment Francis le Parisien a pu fêter ses cinquante et un ans tant le plan qu'il a superbement fomenté et malheureusement pour lui mis en pratique le classe à jamais parmi les grands couillons de l'Histoire. Francis, c'est Néron qui met le feu à Rome et ne se donne aucune échappatoire. C'est un homme qui ne veut pas mourir usé, mais qui ne veut pas céder son empire à quelqu'un qui ne mérite pas sa confiance. Alors il a ce trait que tous les génies ne lui envieront plus : s'appuyer sur la rumeur.

Lui, son business c'est un mélange de drogue et de boites de nuit. Il est à la fois propriétaire, diffuseur et distributeur. Le tout dans un territoire bien donné. Son associé, c'est Buko, un gars butté. Son plan ? S'assurer de la loyauté infaillible d'un homme soumis à des interrogations quant à l'honnêteté de leurs relations financières. Oui, vous avez bien lu : Francis fait courir le bruit qu'il a enflé Buko, juste pour voir comment ce dernier va réagir. Seulement voilà, Francis, il n'a jamais lu Voyoucratie, sinon il saurait que dans les relations d'homme à homme, il y a toujours des parasites ou des intermédiaires ou les deux à la fois. C'est ainsi qu'un fondu des neurones va s'ingénier à capturer l'un pour le remettre à l'autre et ainsi gagner sa confiance.

Et puis, il y a tous les autres. C'est ainsi que se forme une procession qui débute sur le parking d'un supermarché pour aller jusqu'au cimetière. Une procession sanglante, peu pourvue de neurones mais armée jusqu'aux dents (pour ceux qui en ont encore, des dents). Cette procession passera devant le Donjon, un antre sado-maso, des rabatteurs de caddies en manque de rut, des grands-mères affolées, des carcasses de voitures et des flics insouciants pour une ultime ribambelle bancale.

Voyoucratie c'est cette farce assortie de dialogues froids et calculateurs qui fusent, tout en rythme menée tambour battant par des chapitres courts qui alternent les personnages principaux, et qui donne envie de rire et de gerber devant autant de bêtises. Rire car ils sont quand mêmes graves ces personnages loufoques de Dominique Forma, gerber car ils ne différent pas de ceux de notre ploutocratie...

Citation

Fred fut le premier employé sur lequel il posa les yeux. Il faisait l'idiot en rangeant des fromages de chèvre. Lobet l'avait dans le nez. Fred accepta le rapport de force. Cela donnait de la verticalité et des vertèbres à sa rancœur, à sa désespérance comme disaient les journalistes.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 11 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page