Soudain trop tard

Là où l'humanité dévoile sa face cachée, ses péchés livrés du bout des lèvres pour être absous et enterrés, ses fantasmes, ses perversions. Tous les visages de la culpabilité expulsés dans un souffle. Une fenêtre qui s'ouvre sur le monde des ténèbres.
Jérôme Bucy - La Colonie des ténèbres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 07 mai

Contenu

Roman - Noir

Soudain trop tard

Social - Assassinat MAJ mardi 09 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 21 €

Carlos Zanón
Tarde, mal y nunca - 2009
Traduit de l'espagnol par Adrien Bagarry
Paris : Asphalte, septembre 2012
256 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-918767-24-4
Coll. "Fictions"

Actualités

  • 04/04 Édition: Parutions de la semaine - 4 avril
  • 18/10 Librairie: Carlos Zanón en trois actes
  • 04/10 Librairie: Carlos Zanón au cœur de Charybde
    La librairie Charybde ne cesse de multiplier les événements littéraires. Les éditions Asphalte pourraient presque faire figure de futures habituées des lieux (les libraires n'hésitent pas à les appeler "nos dynamiques amies"). Mais pour les auteurs qui s'y déplacent, le dépaysement est total. Le prochain à s'y rendre est l'Espagnol Carlos Zanón pour son roman Soudain trop tard. Il est écrit sur le site de la librairie :
    "Soudain trop tard raconte en détail la journée de deux frères très borderline dans un quartier populaire de la ville. Dans un bar à l'aube, Epi défonce le crâne de son ami Tanveer à coups de marteau sous les yeux d'Àlex. Le premier s'enfuit et le second passe les heures qui suivent à tout mettre en œuvre pour comprendre son geste et le protéger.
    Avec une structure non-linéaire faite de flash-backs et de passages subjectifs pour chaque protagoniste, Carlos Zanón nous offre un roman noir et désespéré."
    Nous ne vous cacherons pas que nous n'avons pas encore lu ce roman, mais la chose ne saurait tarder. Nous espérons que ces quelques lignes vous auront convaincu d'aller à la rencontre d'un auteur jusqu'ici illustre inconnu en France puisqu'il s'agit de son premier roman. Cette rencontre qui aura donc lieu le mercredi 17 octobre à partir de 19 heures>, pourrait bien être pour lui que la première d'une longue série...

    Librairie Charybde
    129, rue de Charenton
    75012 Paris
    Tél. : 09.54.33.05.71

    Soudain trop tard, de Carlos Zanón (Asphalte "Fictions", septembre 2012. - 256 p. ; 21,00 €.)
    Liens : Carlos Zanón

  • 21/09 Édition: Parutions de la semaine - 21 septembre

Si j'avais un marteau

Dans la famille Dalmau, je demande le frère. Mauvaise pioche. Dans la famille Dalmau, je demande l'autre frère. Mauvaise pioche. C'est vrai qu'ils n'ont pas grand-chose pour eux, Epi et Alex. Disons plutôt que le premier a la chance d'avoir le second et que le second se traîne le premier comme un boulet. L'un comme l'autre souffrent de graves problèmes psychologiques que l'absorption de drogue n'explique pas complètement. Quand l'un perd la tête, l'autre se met à parler à un lépreux qu'il est persuadé de voir en plein Barcelone. Et le Barcelone de Soudain trop tard n'a pas grand-chose à voir avec celui de L'Auberge espagnole de Klapisch. On est plutôt dans une cour des miracles : "dans le voisinage il ne restait plus que des tarés, des pauvres, des junkies, des ivrognes et des vieillards". Et bien qu'ils ne soient pas encore des vieillards, les frères Dalmau réussissent la prouesse de réunir toutes les autres qualités.

L'histoire se déroule sur une journée qui, comme un joli symbole, débute dans les toilettes d'un bar. Epi se précipite sur Tanveer, son ami, pour lui fracasser le crâne à coup de marteau. Le décor et le marteau sont plantés, on sent le jeune homme un peu sensible, un peu à fleur de peau, on se doute qu'il a quelques soucis. Alex, toujours prêt à aider son frère, décide de faire porter le chapeau à un Pakistanais qui a eu la mauvaise idée de passer par là. Sauf qu'Epi est incontrôlable, que leurs téléphones portables ne fonctionnent jamais, que la rumeur a d'autres avis sur le meurtre, qu'il y a tout de même des flics qui sont payés pour régler l'affaire (même s'ils ne débordent pas d'enthousiasme à l'idée de s'occuper d'un règlement de compte dans ce quartier). Une journée où la fraternité, la folie et l'amour explosent à tout bout de champ. Eh oui, l'amour. Parce que ce que l'on comprend assez rapidement, c'est que le principal souci d'Epi n'est pas la misère, l'absence de son père, la mort de sa mère, mais l'amour que lui a volé Tanveer. Le meurtre de ce dernier est la plus belle preuve d'amour qu'Epi pense pouvoir donner à Tiffany, la jeune femme qu'il aime et qui a le mauvais goût de coucher avec son ami. Tanveer, d'ailleurs, parlons-en. L'amant de Tifany, donc, mais également accro aux prostituées (moches de préférence) qu'il prend un malin plaisir à tabasser à l'arrière de sa fourgonnette, alors forcément, on a du mal à compatir pleinement.

Tiffany, Tanveer, Jamilia, Epi, Alex, Maître Malick, une géniale galerie de personnages, tous boiteux, tous avec leur clou rouillé planté quelque part, tous cherchant à survivre, les yeux hallucinés, sans trop d'espoir. On est dans le sordide et on craint le sinistre, on se demande jusqu'où va aller Zanon, s'il ne va pas franchir la ligne du mauvais goût. Mais il maintient le cap, faisant convulsionner le quartier tout au long des deux cent trente pages que dure le roman. Un début fracassant et une fin tout en tension, un roman que l'on se prend en plein visage et en plein cœur. Le marteau a visé juste. Très juste.

Citation

Peut-être a-t-il vraiment tué Tanveer. Les gens, parfois, font de drôles de choses.

Rédacteur: Gilles Marchand jeudi 04 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page