La Morte des tourbières

Finalement, elle me demandait d'être le Galaad qui allait lui rapporter le Saint-Graal et le sang du Christ. Sauf que, connaissant la vie et les aléas du boulot de détective privé, je risquais de trouver au bout de la route un simple pot de chambre plein de pisse.
François Darnaudet - L'Amore aux trousses
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 29 février

Contenu

Roman - Policier

La Morte des tourbières

Assassinat - Rural - Montagnard MAJ jeudi 16 février 2023

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 13 €

Jean-Louis Nogaro
Saint-Étienne : Du Caïman, novembre 2012
288 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-919066-08-7
Coll. "Polars"

Tourbe de l'ordre

La tourbière est un monde particulier : terre marécageuse qui se décompose, elle donne naissance à une terre noire qui peut servir pour le chauffage. Dans les temps anciens, les Germains y déposaient leurs sacrifices humains, des cadavres que les archéologues ont remis au jour ces dernières années. Mais aujourd'hui, dans les tourbières du Massif Central, c'est le cadavre d'une vieille dame que l'on découvre. Le moins que l'on peut dire c'est que cela ne suscite pas énormément l'effroi car la victime était peu appréciée dans le village - elle menait le club de majorettes à la baguette et se battait pour les subventions face au club de basket local. Le calme du village va alors être troublé par l'arrivée inopinée du neveu qui veut profiter de cet héritage inattendu pour développer son activité de journaliste... Très vite, les habitants décident de lui pourrir la vie ce qui évidemment ne fait que renforcer sa détermination.

La vision qu'offre Jean-Claude Nogaro de la campagne profonde est rude. Il y a des villageois pour brûler la voiture de l'étranger en guise de bienvenue, et des clubs de majorettes et des rencontres sportives qui font l'essentiel de la vie sociale d'un village entre deux tournées au café. Pour le reste, c'est comme la tourbe : c'est spongieux, c'est un solide où l'on s'enlise, qui dégage beaucoup de fumée pour peu de chauffage. Les deux personnages centraux et sympathiques de l'histoire sont deux "étrangers" : ce journaliste venu de Strasbourg et qui découvre un monde inoccupé et un Maghrébin qui joue les hippies locaux, vivotant de petits travaux et qui fait face à une sombre histoire. En contrepartie, il y a une méchante vipère qui a bien mérité sa mort, une femme qui veut profiter de l'occasion pour fuir son mari, des Roumains liés à la Securitate, un tueur qui veut accomplir sa vengeance sans se soucier de réaliser des dommages collatéraux. Écrit de manière plane, sans un humour qui pourrait sauver une intrigue légère et poussive, La Morte des tourbières ne s'appuie pas sur une description fine et sensible d'une région ou d'un microcosme mais inscrit une vague trame policière dans une suite de scènes sans grandes aspérités.

Citation

Il tenta de cacher ses pieds sous la table : il portait une paire de mocassins en daim... Il n'aurait pas plus dépareillé dans cet endroit probablement habitué à accueillir les chasseurs et paysans du coin que s'il avait porté un masque de Mickey.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 04 février 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page