L'Or est un poison

Incroyable ce que les gens avaient laissé sur place [...]à quoi pensait celui qui avait laissé la machine à écrire Underwood ? Ou la béquille en bois ?
Peter Robinson - Le Coup au cœur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 août

Contenu

Roman - Noir

L'Or est un poison

Vengeance - Assassinat - Crépusculaire MAJ vendredi 20 septembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Jean-Louis Tourné
Ajaccio : Albiana, mars 2013
156 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-8241-0322-8
Coll. "Nera"

Actualités

  • 17/05 Édition: Parutions de la semaine - 17 mai
    Hormis le nouvel opus de Karine Giébel (Fleuve noir) et celui de Liza Marklund (Hachette), il faut aller chercher dans les poches pour trouver quelques romans dignes d'un intérêt profond - nous ne parlons pas là de ces Agatha Christie proposés dans un format poche élargi avec photos de couverture prises par l'Anglais Martin Parr - mais de romans de Gregorio Leóon, Roger Martin, Robert Pobi, Antonin Varenne et S. J. Watson.
    Mais nous ne saurions vous recommander l'adaptation BD de Boulevard... Ossements ! faite par Nicolas Barral d'après un roman de Léo Malet, le tout dans l'univers de Jacques Tardi. Tout comme nous ne pourrions vous reprocher de vous plonger dans la biographie noire mais mise en couleur de Rimbaud par Xavier Coste. L'essai de Jean-Michel Rey La Vengeance par le crédit ou Monte-Cristo est passionnant, et prend une autre dimension aujourd'hui que nous sommes en pleine crise, et que nous avons vu des banques s'écrouler.
    Mais comme d'habitude, faites votre choix...

    Fictions adulte grand format :
    Les Lumineuses, de Lauren Beukes (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Poète, de Michael Connelly (Retrouvées)
    Méfiez-vous du chat qui dort, de Roger Coupannec (D'Orbestier, "Carbone")
    Léviathan. 3, Le Pouvoir, de Lionel Davoust (Don Quichotte)
    La Méthode du crocodile, de Maurizio de Giovanni (Fleuve noir, "Thriller")
    Purgatoire des innocents, de Karine Giébel (Fleuve noir, "Thriller")
    Le Jugement dernier : l'énigme du Codex Lucis, de Stéphane Haument (J)
    Les Mystères de Druon de Brévaux. 4, In anima vili, d'Andrea H. Japp (Flammarion)
    Deadline, de Liza Marklund (Hachette, "Blackmoon thriller")
    Embrouille en Provence, de Peter Mayle (NIL)
    L'Ultime secret du Christ, de José Rodrigues dos Santos (HC)
    La Fille qui avait de la neige dans les cheveux, de Ninni Schulman (Le Seuil, "Policiers")
    L'Or est un poison, de Jean-Louis Tourné (Albiana)
    Et la malédiction s'abattra sur la ville, de David Verdier (La Bouinotte, "Black Berry")

    Fictions adulte poche :
    Black Berry ! Meurtres au pays : histoires courtes, collectif (La Bouinotte, "Black Berry")
    Le Requiem des abysses, de Maxime Chattam (Pocket, "Thriller")
    Le Crime de l'Orient-Express, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    L'Heure zéro, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Un meurtre sera commis le..., d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Miss Marple au club du mardi, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    La Nuit qui ne finit pas, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Poète, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Les Larmes d'Aral, de Jérôme Delafosse (Pocket, "Thriller")
    L'Interprétation des peurs, de Wulf Dorn (Pocket, "Thriller")
    Le Visiteur du vendredi, de Jean Failler (Du Palémon, "Une enquête de Mary Lester")
    L'Avalanche, de Grégoire Gauchet (Le Verger, "Enquêtes rhénanes)
    Juste une ombre, de Karine Giébel (Pocket, "Thriller")
    Real Murders Club, de Charlaine Harrison (J'ai lu)
    L'Ultime secret de Frida K., de Gregorio Leon (Pocket, "Thriller")
    Jusqu'à ce que mort s'ensuive, de Roger Martin (Pocket, "Thriller")
    L'Invisible, de Robert Pobi (Points, "Thriller")
    L'Invisible, de Robert Pobi (Pointdeux, "Pointdeux")
    Garde à vie, de Pierre Ricour (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Maigret en Auvergne, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Le Mur, le Kabyle et le marin, d'Antonin Varenne (Points, "Roman noir")
    Le Bras du diable, de Julie Waeckerli (Pocket, "Thriller")
    Avant d'aller dormir, de S. J. Watson (Pocket, "Thriller")

    Bandes dessinées :
    Boulevard... Ossements, de Nicolas Barral (Casterman)
    Il pleut sur Beyrouth, de Caroline Bourgeret & Sophie Raynal (Nova)
    Rimbaud : l'indésirable, de Xavier Coste (Casterman)
    Virginie. 1, Morphée, de Séverine Gauthier & Benoît Blary (Casterman)
    Les Indes noires, de Marc Jakubowski & Éric Rückstül (Le Sphinx des glaces, "Jules Verne et ses voyages")
    Du rififi chez les yéyés, de Jérôme Lebrun & Philippe Pinard (Paquet, "Calandre")
    Les Cosaques d'Hitler. 1, de Valérie Lemaire & Olivier Neuray (Casterman)
    Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg, de Roger Seiter & Giuseppe Manunta (Le Verger)

    Littérature de jeunesse (documentation) :
    Condamné au XVIIIe siècle, d'Arlette Farge (Le Bord de l'eau, "3e culture")

    Fiction jeunesse :
    Une moitié de Wasicun, de Jean-François Chabas (Casterman, "Poche")
    L'Énigme du grenat perdu, de Catherine Cuenca (Gulf Stream)
    L'Occasion fait le larron, de Claire Gratias (Thierry Magnier, "Le Feuilleton des Incos")

    Littérature (théorie et études) :
    La Vengeance par le crédit ou Monte-Cristo, de Jean-Michel Rey (L'Olivier, "Penser rêver")
    Liens : Le Jugement dernier... : l'énigme du Codex Lucis |Le Requiem des abysses |Le Crime de l'Orient-Express |La Nuit qui ne finit pas |L'Ultime secret de Frida K. |L'Invisible |Le Mur, le Kabyle et le Marin |Le Bras du diable |Avant d'aller dormir |Boulevard... ossements |Le Poète |Michael Connelly |Karine Giébel |Andrea H. Japp |Liza Marklund |David Verdier |Maxime Chattam |Agatha Christie |Roger Martin |Georges Simenon |Antonin Varenne |Julie Waeckerli |Nicolas Barral |Claire Gratias |Jean-François Chabas

Pitié pour les riches !

Ploutarcos. Sa silhouette dégingandée. Une énigme que cet homme tirant partout derrière lui son âne et confiant à l'oreille du commissaire que les enfants Stratigis vont être assassinés. C'est la vieille Elefthéria qui le lui a dit. La sorcière. Elle les a vus en rêve se faire tuer, ces enfants de riches. Le commissaire n'y croit guère, mais quelques minutes plus tard son adjoint l'appelle : les deux enfants Stratigis ont été découverts chez eux, assassinés. Gorges tranchées au couteau. Un couteau d'argent. Lors d'une fête donnée par leurs parents, surveillée par plus de gardes du corps que l'on ne comptait d'invités. Quelqu'un de l'entourage ? Car qui oserait s'attaquer à l'un des hommes les plus riches de la Grèce ? Jason Stratigis, le général, l'homme glorieux, au bord de la faillite pourtant. Un vieil homme déjà, sur le retour, époux d'une étrangère, convoité par la jeune et riche Glaucé, plus riche encore que lui mais à qui il manque la notoriété. Glaucé tellement sûre d'elle, effrontée, impudente, buvant à longueur de journée des décoctions d'or. Elle veut forcer Jason à divorcer. Pour l'épouser. Alors la femme de Jason, leurs enfants, tout cela est de trop. De trop pour tout le monde même, ces deux enfants métis, y compris pour leur mère, mystérieuse, monstrueuse, escaladant la ville pour se jeter à corps perdu dans des dévotions d'un autre monde, des libations funestes auxquelles participent les femmes abandonnées de Grèce, ces veuves noires acculées à mourir lentement, vengeresses aux ongles de pythies, hurlant la nuit leur désespoir. Est-ce cette femme qui a tué ses propres enfants, entraînant le commissaire dans quelque initiation barbare dans le dédale des souterrains cachés tout près de la villa de Sratigis ?
Quel étrange roman au final, empruntant bien sûr volontiers à la mythologie sa fureur, mais construit en apartés dans un univers de refus feutré. Tout en sous-entendus rebondissant en soliloques déchirés, le récit troué des voix d'un chœur donnant à entendre tout le drame qui se joue là dans cette société hypocrite, occupée que d'elle-même. Partout suintent les confidences, partout l'on semble conspirer. Le monde des riches, dans son naufrage équivoque, désertant le berceau des deux enfants assassinés qui n'auront compté pour rien car "sans race", métis qui ne pouvaient prétendre à occuper une quelconque place dans cette société des riches.

Citation

Parfois, quand il fait beau, j'entends monter les riches.

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 16 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page