Le Château noir

Mets-lui le canon de ton revolver dans le dos si t'arrives à approcher, c'est la seule façon de traiter avec lui.
Elmore Leonard - Valdez arrive !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 13 juin

Contenu

Roman - Espionnage

Le Château noir

Enlèvement - Guerre - Gang MAJ jeudi 16 février 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 0 €

Gaston Leroux
Préface de Dominique Khalifa
Paris : Payot, mai 2013
414 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-228-90909-9
Coll. "Petite bibliothèque Payot", 928

Balkanisation du reporter

Avec Le Château noir, nouvelle aventure de Rouletabille parue en 1914 en feuilleton dans le journal Le Matin, Gaston Leroux donne une tout autre orientation à son héros, bien loin de celle que l'on connait depuis Le Mystère de la chambre jaune. Le journaliste, double mimétique du romancier, est ici pour la première fois amoureux alors même qu'il se trouve en Bulgarie à la veille d'une guerre effroyable et violente contre un empire ottoman à la dérive qui va mettre pendant un an le feu aux Balkans avec des répercussions ressenties encore aujourd'hui. Correspondant de guerre, le reporter est un nouvel héros moderne bien loin des habituels détectives qu'ils soient amateurs, dilettantes ou professionnels. Il est ancré dans une réalité contemporaine, et prend une part active à la terrible actualité qui le voit agir en dehors de son terrain professionnel.
Accouru en Bulgarie, amoureux de la belle Ivana, hébergé par le général Vilitchkov, oncle d'Ivana, il observe incrédule et impuissant l'arrivée du brigand Gaulow, qui trucide, saccage et enlève à tout va avec sa bande de sauvages. Le général est tué, Ivana enlevée, et un coffre byzantin dérobé. Outre les nombreux bijoux qui s'y trouvent, un tiroir secret dont l'ouverture est révélée par la Sophie à la cataracte contient les plans de l'invasion bulgare. Gaulow était-il au courant ? Quoi qu'il en soit, il importe de récupérer à tout prix ces documents. Rouletabille, plus amoureux que jamais, est prêt à se lancer dans la gueule du loup. Mais le loup est dans sa tanière, un château noir inexpugnable au fin fond du pays. Épaulé de ses plus fidèles compagnons, il n'a d'autre solution que de se rendre dans ce monument gothique avec ses oubliettes, son donjon et ses passages secrets à faire très froid dans le dos. Là-bas, de fait prisonnier mais libre de ses mouvements, il croise divers personnages alors que dans le même temps se prépare le mariage d'Ivana et de Gaulow.

Ce roman d'aventures mêle exotisme, histoire, gothique, espionnage, guerre et farce avec beaucoup de malice et de professionnalisme de la part d'un Gaston Leroux impliqué et particulièrement documenté qui multiplie les rebondissements, les retournements de situations, les différents personnages n'hésitant pas à ruser et à trahir. Personnage central de son intrigue, la belle et fougueuse Ivana est prête à se marier avec Gaulow - qui entre nous a tué par le passé son père et sa mère, et a vendu sa petite sœur, qui a fini noyée dans un sac de cuir dans le Bosphore - par patriotisme en un geste qu'elle veut héroïque. Mais l'homme est retors. Le seul à pouvoir contrecarrer ses plans est bel et bien Rouletabille, ce journaliste (qui ici oublie sa profession), capable d'anticiper le moindre accroc, et de monter à la hâte le plus ingénieux des plans. Habile crocheteur, acrobate hors-pair que rien n'effraie, il ne sombre dans l'irrationnel que lorsque son cœur prend les commande de son cerveau. Alors impulsif et déraisonné, il se met tout particulièrement en danger. Gaston Leroux, lui, nous régale avec son érudition et son goût de la langue, et ne cesse de surprendre en donnant des motivations à ses personnages qui les rendent insaisissables et complexes. Premier volet de Rouletabille à la guerre, l'aventure trouvera sa conclusion dans Les Étranges noces de Rouletabille. Le roman se dote d'une longue et brillante préface de l'historien Dominique Kalifa, ce qui ne gâche rien, bien au contraire.

Citation

Comme ces morts, de près, paraissaient fort anciens, nos compagnons commençaient à se faire à l'horreur ambiante et ce fut même le plus épouvanté de tous, l'excellent M. Priski, qui prouva à cette occasion, avec quelle facilité la nature humaine peut s'adapter à toutes les circonstances, mêmes aux plus exceptionnelles de notre aventureuse existence.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 15 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page