Sherlock Holmes et le chien des Baskerville

Je croyais que les guitar heros avaient enfin décidé d'arrêter de mourir jeunes. Sinistre illusion. Le destin n'a pas assez d'imagination.
Dominique Sylvain - Le Roi Lézard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 juin

Contenu

Album - Policier

Sherlock Holmes et le chien des Baskerville

Énigme - Gothique - Victorien MAJ vendredi 17 mars 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

À partir de 9 ans

Prix: 18,5 €

Arthur Conan Doyle (scénario), Richard Unglik (dessin)
Paris : Casterman, octobre 2013
96 p. ; illustrations en couleur ; 31 x 23 cm
ISBN 978-2-203-04852-2

Figurines de l'enquête

Le Chien des Baskerville est peut-être l'enquête la plus connue d'un Sherlock Holmes revenu d'entre les morts après son plongeon dans les chutes du Reichenbach. Peut-être bien justement car elle fait se confronter le pragmatisme et la raison du détective qui se base uniquement sur des faits à la légende, aux rumeurs et au fantastique de landes embrumées minées par des marécages. L'intrigue est victorienne teintée de gothisme : sir Charles de Baskerville a été retrouvé mort dans la lande, des empreintes d'une bête gigantesque à proximité, victime d'une malédiction centenaire qui touche les mâles de sa famille. Le dernier descendant revient d'Amérique, et n'entend pas céder à la légende malgré un cœur cardiaque. Aussi requiert-il l'aide de Sherlock Holmes et de Watson pour déjouer les maléfices et trouver qui tire les ficelles. L'histoire, donc, est bien connue, mais ce qui fait la grande réussite de cet album, ce sont les clichés du photographe Richard Unglik (il a déjà commis par trois fois le même genre d'ouvrages à base de ces figurines sous licence pour nous raconter l'histoire, les animaux et nous emmener dans un tour du monde - en 80 figurines ? - mais pour la première fois il adapte un roman, et quel roman !) qui, à partir de mises en scène savamment orchestrées de figurines Playmobil, propose plan par plan de dévoiler les avancées de l'histoire tout en l'adaptant. Les photos sont de toute beauté même si l'on doit avouer qu'elles ont été retravaillées. Il y a de jolies profondeurs de champ où les personnages prennent corps. Unglik propose de véritables portraits qui nous font oublier la matière plastique. Et pourtant, ceux qui ont eu la chance de jouer avec les Playmobil dans leur enfance savent à quel point c'est ardu. Un bien bel art au service d'une ambiance fantastico-policière joliment restituée.

Citation

Décidément, et même après tant d'années d'amitié, le cerveau sur-développé de Sherlock Holmes restait pour Watson un immense sujet d'étonnement.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 28 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page