Piégés dans le Yellowstone

Franchement, moi, j'ai honte de faire partie de l'espèce humaine. Ce que j'aurais voulu, c'est être un oiseau de proie, les ailes démesurées, voler au dessus de ce monde avec l'indifférence des puissants. Un poisson des abysses, quelque chose de monstrueux, inconnu des plus profonds chaluts. Un insecte, à peine visible. Tout sauf homo sapiens. Tout sauf ce primate au cerveau hypertrophié dont l'évolution aurait mieux fait de se passer. Tout sauf le responsable de la sixième crise d'extinction qu'aura connue cette pauvre planète. Parce que l'histoire des hommes, c'est surtout ça. L'histoire des hommes, c'est l'histoire d'une défaunation à grande échelle, des deuils animaux à n'en plus finir.
Colin Niel - Entre fauves
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Boix-aux-Renards
Le titre du nouveau roman d'Antoine Chainas désigne un lieu, un lieu étrange, un lieu de contes et de...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 03 février

Contenu

Roman - Policier

Piégés dans le Yellowstone

Ethnologique - Énigme - Procédure MAJ mardi 05 novembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

C.J. Box
Back of Beyons - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Freddy Michalski
Paris : Le Seuil, octobre 2013
442 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-110449-3
Coll. "Policiers"

Dix petits randonneurs

Le roman policier américain joue souvent sur des thèmes aujourd'hui bien connu des amateurs : les grands espaces, la corruption des policiers et des élites, le problème de l'alcoolisme. C'est autour de ces thèmes que travaille C. J. Box. dont le personnage principal, le policier Cody Hoyt est obnubilé par son métier, ce qui lui complique singulièrement les rapports avec sa hiérarchie. Mis à la porte par son épouse, en délicatesse avec ses supérieurs, ses problèmes de boisson sont l'occasion rêvée pour le faire partir. Après avoir trouvé refuge près du parc de Yellowstone, il est redevenu un policier local, mais ses problèmes restent identiques et bien cernés : l'alcool et les rapports tendus avec ses chefs. Et là, il est pris dans le conflit qui oppose le shérif local en campagne électorale et un homme politique qui aimerait prendre sa place. Tout se complique lorsque l'on découvre un homme mort, ivre et brûlé vif dans sa maison. Seul problème pour Cody Hoyt, l'homme était son parrain aux Alcooliques anonymes et il ne peut être mort dans un simple accident domestique...
L'enquête se décrit de manière très classique avec recherche des indices, preuves à apporter, recoupements des papiers administratifs, interrogatoire des témoins, le tout dans une atmosphère un peu tendue car les responsables des forces de police aimeraient bien que l'affaire soit classée pour des raisons politiques, et le criminel semble bénéficier d'une aide anonyme mais pas alcoolique au sein même de la police. L'affaire pourrait rester ainsi mais il est bon qu'elle s'ouvre au grand air alors Cody découvre que le principal suspect fait partie d'un groupe de randonneurs qui vient tout de partir dans le parc national du Yellowstone, sans possibilité d'être contacté. Pour Cody Hoyt, il importe de le retrouver avant qu'il ne tue d'autres personnes, un peu dans une version western des Dix petits nègres, et ce d'autant plus que le fils de Cody fait partie du groupe !
Piégés dans le Yellowstone joue donc sur plusieurs tableaux, de manière classique avec d'un côté une enquête procédurière ordinaire où il s'agit de trouver un coupable et, d'autre part, une course contre la montre pour stopper un assassin qui commence à laisser une piste sanglante dans un parc national. Les deux niveaux sont racontés simplement, au sein de descriptions d'une nature sauvage, d'une faune omniprésente (qui sans révéler la fin, aura le dernier mot) qui ouvre le roman sur les grands espaces du western. Peu de fioritures mais des personnages crédibles, des décors restitués avec soin et ampleur, une intrigue classique qui révèle quelques petites surprises, bref un honnête travail d'artisan.

Citation

Un enchevêtrement de poutres et de cadres en bois disloqués avait dégringolé sur la carcasse du canapé. En ressortaient un bras boursouflé couleur de cire et une main ouverte, dont les doigts écartés semblaient vouloir interdire le passage, une main si gonflée qu'il eut bien du mal à distinguer le scintillement de l'alliance en or à son annulaire.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 01 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page