Alamo

Sarah Lund fixa l'instantané granuleux qui perdait ses couleurs avec l'âge. Trois visages, deux morts, le troisième enfermé dans sa propre culpabilité inavouée.
David Hewson - The Killing
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 21 juillet

Contenu

DVD - Western

Alamo

Politique - Historique - Guerre MAJ jeudi 02 mars 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,9 €

John Wayne
Alamo - 1960
John Wayne (acteur)
Paris : ESC, juin 2000
2 DVD VOST/VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm

Thermopyles texan

Un film de John Wayne produit par John Wayne avec John Wayne... En France seul Alain Delon peut rivaliser. Dans Alamo, l'un des cinq films qu'il a dirigés, l'acteur américain incarne un Davy Crockett vieillissant qui va vivre ses derniers jours à la mission Alamo suite à l'assaut mené par les soldats mexicains du général Santa Anna. Film hommage à la gloire des Texians qui allaient obtenir de haute lutte l'indépendance de l'État et la proclamation de la République du Texas, Alamo se centralise sur le tueur d'ours du Tennessee, reconnaissable à ses vêtements en peau de castor, homme politique, représentant élu du parti démocrate, et de ses compagnons indisciplinés et bons vivants, amateurs d'alcool et de bagarres. L'accent est mis sur sa rivalité fantasmée avec le colonel Travis qui dirige la résistance du fort face aux six mille soldats de métiers qui l'encerclent et le pilonnent. Travis sait que ses hommes sont promis à la mort, et qu'il ne se sacrifient que pour que le général Houston puisse avoir le temps de rassembler une armée conséquente. Le siège durera treize jours et fort Alamo sera conquis. Autant Travis apparait hautain et inflexible, autant Crockett se révèle ingénieux et compréhensif. Dans ce film où il a décidément le beau rôle, John Wayne, avant de mourir, multiplie les coups d'éclats : destruction d'un canon ennemi, vol de bétail, confiscation d'un stock de poudre, sorties impromptues... Il prend même le temps de s'immiscer dans les affaires politiques et sentimentales de la ravissante Linda Cristal. Les symboles sont nombreux à commencer par la réponse de Travis aux émissaires de Santa Anna - un coup de semonce -, et le drapeau érigé au centre de la mission avec ses couleurs et l'année de l'indépendance du Texas (1836). Mais jamais John Wayne (le réalisateur) ne s'éloigne vraiment du sujet. Son Davy Crockett semble assez proche de ce qu'il a été dans la réalité. Les scènes de bataille dont la finale sont bien réussies. Le scénario se tient avec des rebondissements intéressants. Même les Mexicains ont un rôle à la mesure. Malgré leur grande férocité, ils demeurent courtois, offrent des échappatoires aux combattants. Le film qui a débuté sur un ton lyrique et gai plonge dans une sourde tension avant de se conclure dramatiquement. La fin, justement, est plutôt brutale. Alamo, plus qu'une curiosité, est un film vraiment intéressant qui allie l'anecdotique à la grande histoire. Finalement, une jolie triple réussite de John Wayne !

Alamo (154 min.) : réalisé par John Wayne sur un scénario de James Edward Grant. Avec : John Wayne, Richard Widmark, Lawrence Harvey, Frankie Avalon, Patrick Wayne, Linda Cristel, Richard Boone, Joan O'Brien...
Bonus. "John Wayne mon père" : entretien avec Patrick Wayne (33'). "Passion Alamo" : entretien avec le journaliste Jean-François Giré (38'). Un musée pour John Wayne (10'). Bande-annonce.

Citation

Les hommes du Tennessee ne rechignent pas à se battre, mais ils ne sont pas très enclins à écouter des discours. Que voulez-vous leur raconter ?

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 06 février 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page