Le Duel

Les meurtres en série et les attentats terroristes lui apparaissaient comme des expressions artistiques, méprisées par l'académie traditionnelle, qui devraient être célébrées comme la poésie ou l'architecture.
Bernardo Fernandez - Une saison de scorpions
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 octobre

Contenu

Roman - Policier

Le Duel

Historique - Géopolitique - Artistique MAJ vendredi 07 février 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Arnaldur Indridason
Einvigid - 2011
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Métailié, février 2014
308 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-945-0
Coll. "Noir - Bibliothèque nordique"

Actualités

  • 04/07 Librairie: Sélections de l'été 2015 de la librairie Compagnie
  • 15/05 Édition: Parutions de la semaine - 15 mai
  • 23/05 Édition: Parutions de la semaine - 23 mai
  • 07/02 Édition: Parutions de la semaine - 2 février
    Les amateurs de Donald Westlake se réjouiront que cinq ans après sa mort l'on trouve encore matière à publier de ses romans. Ceux d'Arnaldur Indridason pourront s'enthousiasmer d'un ouvrage qui s'intéresse à la genèse ou au background du commissaire Erlendur. Les autres pourront au choix aborder le deuxième livre d'Olivier Barde-Cabuçon ou aller puiser dans le nombre de parutions poche dont celle de Casco Bay, de Tapply. Delcourt qui vient de sortir multiprimé d'Angoulême propose une bande dessinée à l'influence de Pierre Siniac et de son Carton blême avec Per Svensson doit mourir aujourd'hui, de Zidrou & Alexei Kispredilou tandis que Pierre Bayard dont on apprécie les enquêtes littéraires s'attaque au roman d'anticipation en même temps que reparait son enquête sur Hamlet en poche. Pour le reste... Faites votre choix !

    Fictions addulte grand format :
    Le Duel, d'Arnaldur Indridason (Métailié, "Bibliothèque nordique")
    Tuez qui vous voulez, d'Olivier Barde-Cabuçon (Actes Sud, "Actes noirs")
    Parricide. 1, de Carina Bergfeldt (Hachette, "Blackmoon. Thriller")
    Génération, de Denis Bretin & Laurent Bronzon (Le Masque, "Grands formats")
    Les Héritiers de Camelot, de Sam Christer (MA)
    Romans de la nuit, de Frédéric Dard (Omnibus)
    Peur de l'ombre, de Jean-François Delage (Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Détectives rétro : une anthologie d'enquêtes excentriques, sous la direction d'André-François Ruaud & Christine Luce (Les Moutons électriques, "Le Rayon vert")
    Le Papillon rouge, de Sam Eastland (Anne Carrière, "Thriller")
    Ministrose, de Thomas Gayet (La Tengo)
    Linceuls de glace, de Lisa Jackson (Mosaïc)
    Dans la gueule de la bête, de Armel Job (Robert Laffont)
    Au cœur du brasier, d'Alex Cava (Mosaïc)
    Les Passagers de la foudre, de Erik Larson (Le Cherche midi, "Documents")
    Juste après, de Rosamund Lupton (Jean-Claude Lattès, "La Petite collection Lattès")
    L'Étrange affaire du cadavre souriant, de Miguel Miranda (L'Aube, "Noire")
    Zone de contagion, de Rick Mofina (Mosaïc)
    Le Soir, Lilith, de Philippe Pratx (L'Harmattan)
    Déroute, de Michael Robotham (Jean-Claude Lattès)
    Le Diable à Westease, de Vita Sackville-West (Autrement, "Littératures")
    Les Âmes captives, de Clara Salaman (Denoël, "Suspense")
    La Chute de M. Fernand, de Louis Sanders (Le Seuil, "Policier")
    Croix de bois, croix de fer, de Sara Shepard (Fleuve, "Territoires")
    Trauma, de Erik Axl Sund (Actes Sud, "Actes noirs")
    Top réalité, de Donald Westlake (Rivages, "Thriller")

    Fictions adulte poche :
    De sang et d'or, de Michèle Barrière (Le Livre de poche, "Policier")
    L'Héritage Dickens, de Louis Bayard (Pocket, "Best")
    Fleur de cimetière, de David Bell (Babel, "Noir")
    Le Boucher du Capitole, de Pascal Candia (Marabout, "MaraBooks poche")
    Dark Eden. 1, de Patrick Carman (City, "Poche. Young adults")
    Luther : l'alerte, de Neil Cross (10-18, "Domaine policier")
    Rose sang, d'Annabelle Demais (Archipoche, "Archipoche")
    La Tuerie d'octobre, de Wessel Ebersohn (Rivages, "Noir")
    Infamies à Singapour, de Shamini Flint (Marabout, "MaraBooks poche")
    Le Tri sélectif des ordures et autres cons, de Sébastien Gendron (Pocket, "Best")
    Ce que cachent les murs, de Lisa Jackson (Mosaïc, "Poche")
    Sacrifices, de Pierre Lemaitre (Le Livre de poche, "Thriller")
    Quatre garçons dans la nuit, de Val McDermid (J'ai lu, "Thriller")
    Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, de Miguel Miranda (L'Aube, "Noire. Poche")
    La Femme sans tête, de Viviane Moore (10-18, "Grands détectives")
    Signes de Croix, de Donat Nobile (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Mortel tabou, de Gilles Schlesser (Parigramme)
    Le Noël des masques, de Kate Sedley (10-18, "Grands détectives")
    La Lance de sang, de Craig Smith (City, "Poche. Thriller")
    Je pars demain pour une destination inconnue, de Maud Tabachnik (Archipoche, "Archipoche")
    Casco Bay, de William G. Tapply (Gallmeister, "Totem")
    Monstre sacré, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")

    Bandes dessinées :
    À ta santé, Suzie !, de Philippe Aymond & Jean Van Hamme (Le Figaro, "Les BD culte")
    59° latitude Nord, de Philippe Aymond & Jean Van Hamme (Le Figaro, "Les BD culte")
    Jeu de dupes, de Philippe Aymond & Jean Van Hamme (Le Figaro, "Les BD culte")
    Na zdorovié, Shaniouchka !, de Philippe Aymond & Jean Van Hamme (Le Figaro, "Les BD culte")
    Pages de gloire, de Patrick Bousquet & Régis Hector (Serpenoise)
    U-29, de Florent Calvez & Rotomogo (Akileas)
    Don Vito. 2, de David Chauvel & Erwan Le Saëc (Delcourt, "Sang froid")
    L'Héritage du diable. 3, Rex mundi, de Jérôme Félix & Paul Gaston (Bamboo, "Grand angle")
    Les Chroniques de Conan. 1982. 2, de Michael Fleischer (Panini comics, "Best of Fusion comics")
    Le Voleur de sorts, de Matt Forbeck, Martin Coccolo & Atilio Rojo (Panini comics, "100 % Fusion comics")
    F Four Marvel now !. 1, Adieu et bienvenue !, de Matt Fraction, Mike Allred & Joe Quinones (Panini comics, "100 % Marvel")
    Monsieur Georges. 1, de Roland Monpierre (Dagan)
    Ordures. 1, Entrée Nord, de Stéphane Piatzszek & Olivier Cinna (Futuropolis)
    Motherfucker : édition intégrale, de Sylvain Ricard & Guillaume Martinez (Futuropolis)
    X-O Manowar. 2, Opération Ninjak, de Robert Venditti, Lee Garbett & Stefano Gaudiano (Panini comics, "100 % Fusion comics")
    Putain de guerre ! : 1914-1918, de Jean-Pierre Verney & Jacques Tardi (Casterman)
    The Massive : sous-continent. 2, de Brian Wood (Panini comics, "Best of Fusion comics")
    Per Svensson doit mourir aujourd'hui, de Zidrou & Alexei Kispredilou (Delcourt, "Machination")

    Fictions jeunesse :
    La Piscine était vide, de Gilles Abier (Actes Sud junior, "D'une seule voix")
    Les Loups de l'apocalypse, de K. L. Armstrong & Melissa Marr (Milan jeunsse)
    Dossier océan, de Claudine Aubrun (Rouergue, "DoAdo noir")
    Fantômette et le magicien, de Georges Chaulet (Hachette Jeunesse, "Les Classiques de la Rose")
    L'Énigme du poisson putride, de Emma Kennedy (Casterman, "Poche")
    Wiggins et la nuit de l'éclipse, de Béatrice Nicodème (Le Livre de poche jeunesse, "Policier")

    Mémoires littéraires & correspondance :
    Histoire de ma fuite des prisons de la République de Venise qu'on appelle les Plombs, de Giovanni Giacomo Casanova (Allia, "Petite collection")
    Dieu en soit garde, de Aïssa Lacheb (Au diable Vauvert)

    Criminologie & prisons :
    Giovanni Falcone, un seigneur de Sicile, de David Brunat (Manitoba-Belles lettres)
    Minuit à Pékin : comment le meurtre d'une jeune Anglaise a hanté les derniers jours de l'ancienne Chine, de Paul French (Belfond, "Littérature étrangère")
    La 97e heure : flic un jour, flic toujours, de Christophe Gavat (Michalon, "Récit")
    Le Nouveau capitalisme criminel : crises financières, narco banques, trading de haute fréquence, de Jean-François Gayraud (Odile Jacob, "Document")
    Le Mouton noir : 40 ans dans les coulisses de la République : mémoires, de Loïk Le Floch-Prigent (Pygmalion, "Documents et témoignages")
    400 contre 1 : la véridique histoire du commando Vermelho, de William Da Silva Lima (L'Insomniaque)
    Génération Kalachnikov : les nouveaux gangsters, de Frédéric Ploquin (Fayard, "Documents")

    Littérature (théorie & études) :
    Enquête sur Hamlet : le dialogue de sourds, de Pierre Bayard (Minuit, "Double")
    Il existe d'autres mondes, de Pierre Bayard (Minuit, "Paradoxe")
    Liens : De sang et d'or |L'Héritage Dickens |Luther : l'alerte |Sacrifices |Je pars demain pour une destination inconnue |Monstre sacré |Arnaldur Indridason |Frédéric Dard |Louis Sanders |Donald Westlake |Michèle Barrière |Louis Bayard |Pascal Candia |Sébastien Gendron |Pierre Lemaitre |Val McDermid |Viviane Moore |Gilles Schlesser |Kate Sedley |Maud Tabachnik |William G. Tapply |Jérôme Félix |Stéphane Piatzszek |Jacques Tardi |Claudine Aubrun |Béatrice Nicodème |Frédéric Ploquin |Pierre Bayard

Préhistoire personnelle et guerre froide collective

À l'instar de Henning Mankell dans La Faille souterraine, Indridason a jugé bon de remonter dans l'histoire personnelle de son enquêteur, Erlendur, en mettant en scène celle qui sera sa mentore (?) : Marion Briem, une Dano-Islandaise qui fut tuberculeuse dans sa jeunesse. Nous sommes dans les années 1970, plus précisément au cours de l'été 1972, époque où se déroule à Reykjavík le fameux match au sommet dans le domaine des échecs, entre l'Américain Bobby Fischer et le Soviétique Boris Spassky – c'est l'un des sens du titre du livre. Alors que le monde entier a le regard tourné vers l'Islande, en particulier du fait des caprices de star de l'Américain, un adolescent, Ragnar Einarsson, est retrouvé tué d'un coup de couteau dans un cinéma de la ville. Cinéphile plus que passionné, ce jeune homme un peu étrange (il a été victime d'un grave traumatisme dans sa jeunesse) a pris pour habitude d'enregistrer le son et les dialogues de tous les films qu'il voit sur un magnétophone à cassettes. Personne dans la salle n'a remarqué quoi que ce soit et son cartable ainsi que le magnétophone ont disparu. Une ancienne cassette retrouvée chez lui atteste cependant d'une altercation intervenue lors d'une séance précédente avec un autre spectateur lui reprochant que ce qu'il fait là est illégal. À part cela, on retrouve un paquet de cigarettes soviétiques vide près du cinéma et le cartable de l'enfant (sans aucune empreinte digitale) dans la voiture d'un alcoolique qui ignore comment il est arrivé là – peut-être a-t-il été déposé à son insu. Mais aucun autre indice valable. L'enquête fait seulement apparaître la présence dans le cinéma d'un citoyen américain, d'un Islandais procommuniste et d'un couple adultère. Le tout sur le fond tendu d'une partie d'échecs qui tourne à l'affrontement entre les deux superpuissances, puisque nous sommes en pleine guerre froide et que Fischer a recours à tous les subterfuges pour tenter de déstabiliser un adversaire qui reste d'un calme olympien. Le reste du livre fait plus penser à un roman d'espionnage qu'à un policier classique. Il fait en effet intervenir Britanniques, Soviétiques et Américains autour d'une histoire de transfuge, sur fond de guerre de la morue, de base américaine de Keflavik, etc. L'Islande peut se prendre pour le centre du monde. La justice ne trouve pas tout à fait son compte, à la fin des fins, mais c'est rarement le cas lorsque quelqu'un est pris "à l'insu de son plein gré" dans une affaire qui lui est totalement étrangère et qui le dépasse de mille coudées. Parallèlement, le livre s'attache à la jeunesse de Marion, marquée par la tuberculose. Même si cela fait un peu l'effet d'un corps étranger dans le livre, il est intéressant de voir rappeler quel fléau cette maladie constituait il n'y a pas si longtemps encore (moins d'un demi-siècle) et les souffrances qu'elle entraînait, en particulier chez les jeunes enfants.
Au total, Indridason sacrifie passablement à l'attente d'un public international, en revenant ainsi sur le passé d'Erlendur (qui ne fait son entrée dans le livre qu'à la dernière ligne !) – peut-être par jalousie de métier envers son rival suédois, mais il a sans doute négligé le fait que celui-ci s'est cassé les dents quand il a voulu faire passer le témoin de Wallander à sa fille – et en donnant un tour homosexuel aux relations entre Marion et son amie à éclipse, Katrin. Cela se lit avec intérêt, même si on se perd un peu dans toute cette histoire bien compliquée, car l'auteur a du métier. Il l'avait déjà galvaudé quelque peu dans Bettý, il ne faudrait pas que cela devienne une habitude. Or, il est capable de bien mieux que ce qu'il a fait là ; que dis-je : il nous doit bien mieux que cela dans son prochain roman.

Citation

Les grands journaux titraient sans ambiguïté : LA GUERRE FROIDE SE JOUE À REYKJAVIK.

Rédacteur: Philippe Bouquet jeudi 12 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page