La Traque de la musaraigne

Vous avez un joug qui vous pèse, une nana qui ne veut pas vous lâcher ? Mettez une brosse à dents dans une valise, sautez dans une voiture, partez. Partez n'importe où, parce que, dans toutes les villes, il y a des hommes qui jouent aux cartes pour de l'argent ; dans toutes les villes, il y a une combine à portée de main pour un combinard.
Lawrence Block - Heureux au jeu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 octobre

Contenu

Roman - Noir

La Traque de la musaraigne

Ethnologique - Social - Braquage/Cambriolage MAJ lundi 12 mai 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Florent Couao-Zotti
Paris : Jigal, février 2014
216 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 979-10-92016-13-0
Coll. "Polar"

Quand les crocodiles sortent des marigots

Ailleurs l'herbe est plus verte... C'est sans doute ce que pense Stéphane Néguirec, un Breton venu chercher l'aventure et l'inspiration poétique en Afrique, plus précisement à Cotonou au Bénin. C'est sans doute aussi ce à quoi réfléchit Déborah Palmer, jeune africaine qui veut épouser un blanc. C'est peut-être aussi le rêve de Jésus Light, voyou ghanéen qui vient de commettre un vol et qui est poursuivi par la police. S'enfuir au Bénin et retrouver Paméla, sa complice, partie avec l'argent, puis vivre tranquillement, telle est son ambition.
Roman où chacun rêve d'exotisme, La Traque de la musaraigne est l'occasion de remettre les pendules à l'heure : pas de facilités stylistiques ou de bibelots de pacotille pour touristes en mal de dépaysement car Jésus visite les prisons locales et se confronte à la corruption endémique ; Stéphane découvre que le continent noir n'accueille pas forcément à bras ouverts un pauvre blanc sans talents particuliers, que l'amour fou avec une "indigène" c'est surtout un mariage "blanc", passeport magique pour ce qui lui même essaie de fuir. Qui plus est, il est français, ce qui est bien vu au Bénin, non comme soutien mais comme otage potentiel à kidnapper et à vendre aux islamistes du nord du pays qui viennent ainsi faire leur marché d'impies. Cela permet à Florent Couao-Zotti de montrer aussi l'envers du décor : les petits truands, les idéologies dévoyées et dans l'air du temps en même temps que le petit peuple prompt à réagir aux injustices et à aider une jeune femme.
Servi par un style nerveux qui sait alterner des plages d'action et des descriptions fines du milieu et des paysages, le roman dirige avec soin, sans pathos, les itinéraires des trois personnages jusqu'à leurs retrouvailles finales sur un bateau, logiquement baptisé Le Titanic. Le final montre le blanc seul à s'en sortir, cabossé par la vie mais pouvant retrouver la "civilisation", comme une allégorie de la réalité tragique et noire de l'Afrique.

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman français 2014

Citation

Nid de poule, tranchées de voyous, baignoires de crocodile, tous les trous se succédaient avec autant de variété que de régularité. Parfois, c'étaient des arbres morts, principalement des cocotiers et des palmiers, que de jeunes gens culbutaient en travers du chemin pour rançonner les automobilistes.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 28 avril 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page