Gasoline alley : polaroïde

Les êtres humains n'étaient pas comme cela ; les problèmes humains n'étaient pas comme cela ; en fait, ce que l'on avait, c'était environ deux cents personnes qui entraient et sortaient d'un collège en courant comme des lièvres, faisant leur travail, vivant leur vie, poussés en permanence par des mobiles insondables, même à leurs yeux, et puis, au milieu de tout cela... non pas un meurtre banal, compréhensible, mais un acte de folie dépourvu de sens et d'explication. Comment, de toute manière, parvenir à comprendre les mobiles et les sentiments des autres, lorsqu'on n'était pas capable de le faire pour soi-même ?
Dorothy L. Sayers - Le Cœur et la raison
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Gasoline alley : polaroïde

Politique - Drogue - Scientifique MAJ vendredi 30 mai 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,5 €

Pierre Mikaïloff
Monaco : Romart, avril 2014
226 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 979-10-90485-28-0

Boire pour rester droit dans un monde désaxé

Le nom de Pierre Mikaïloff n'évoque pas forcément grand-chose pour le grand public, mais les amateurs éclairés se souviennent de textes très intéressants sur des rockeurs aussi divers que Téléphone ou Daniel Darc, et une ou deux nouvelles noires cachées dans des anthologies. Une crédibilité installée par ses parties de guitare notamment chez Jacno. Pourquoi cette parenthèse biographique ? Parce que le roman ne tombe pas des nues mais s'inscrit dans le même univers : de l'agitation, des sons clairs, de la surenchère, du dérisoire et un goût pour l'humour un peu chic, qui donna la pop acidulée des Stinky Toys ou la fantaisie noire de Bashung - lui aussi croqué dans une biographie.
Lorsqu'il ne savait pas comment faire avancer son intrigue, Alfred Hitchcock ressortait son fameux du MacGuffin, un truc dont on ne sait pas trop ce qu'il en est, mais qui sert de motivation aux personnages et surtout de prétexte au développement du scénario. Ici, c'est une formule mystérieuse et secrète encodée dans la carte-mère d'un ordinateur, envoyée par un groupe secret américain anticommuniste à un de leurs agents, ancien militaire au Vietnam, et qui prépare sa revanche avec un groupe de rebelles vietnamiens en banlieue parisienne. Tout se complique lorsqu'un petit voleur dérobe l'ordinateur et le revend. Très vite, tout le monde sait que c'est lui et il ne trouve de l'aide qu'auprès d'un détective alcoolique et qui désire se faire beaucoup d'argent. Ce dernier va réactiver un ami, membre d'un ancien réseau soviétique pour les seconder...
Afin de donner une impression, le roman s'ouvre in media re, avec une poursuite infernale entre le voleur, son détective et la police, et l'on découvre qu'ils sont aux commandes d'un splendide triporteur ! Le reste accumule les détails du genre : société secrète aux buts politiques dirigée par un religieux, fous de guerre, petits voyous, femme fatale, trafic de drogue, etc. Le tout dans une agitation extrême, clipesque, rendue par un style rapide, nerveux, ironique et dandy.

Citation

Ma nature veule m'aurait plutôt poussé à négocier, mais autant essayer de dissuader Hitler d'envahir la Pologne. Le chaos était une seconde nature chez Schmack.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 26 mai 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page