La Pègre déchiffrée : signes et stratégies de la communication criminelle

Semblablement au premier jour des soldes, qui déclenche dans le cerveau humain hystérie, absence de pensée et conformisme, tout ce qui déparasitait la plume, déterrait le ver, sondait la vase, grattait le fumier ou bullait sur un perchoir, se mit en branle au son de la première basse. Alors déboula ventre à terre, l'œil rivé, bec tendu, une gent ailée survoltée, mélangeant ses plumages roux, noirs ou tachetés.
Framuso - La Dent de Charlie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 02 juillet

Contenu

Essai - Policier

La Pègre déchiffrée : signes et stratégies de la communication criminelle

Ethnologique - Assassinat - Gang MAJ mercredi 22 octobre 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 27 €

Diego Gambetta
Codes of the Underworld: How Criminals Communicate - 2009
Préface de Paul Seabright
Traduit de l'anglais par Paul Hersant
Genève : Markus Haller, mai 2014
424 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-940427-19-2
Coll. "Échanges"

Le Parrain mis à nu

Discrétion, méfiance, l'erreur de communication est très sévèrement sanctionnée dans le Milieu et les mafieux se doivent d'être de parfaits communicants. Sans doute les meilleurs qui soient, tant la qualité du message mafieux est important. Une leçon donc, autant pour les politiques que les hommes des médias, que Diego Gambetta décrypte avec une incroyable passion, répertoriant les actes de parole aussi bien que les rituels, les styles, vestimentaires ou autres, et situant jusqu'au meurtre dans sa finalité expressive pour comprendre les mécanismes de cette communication extraordinairement sophistiquée. De la fonction des bagarres en prison à celle du cinéma analysé ici comme outil de communication des truands, ce sont bien certes les modèles théoriques susceptibles de rendre compte des pratiques de la communication mafieuse qui forment l'objet de son étude. Mais celle-ci est si passionnément illustrée d'exemples que sa lecture en devient captivante aux yeux du profane peu familiarisé avec les théories de la linguistique contemporaine. Car son approche, anthropologique, demeure d'un bout à l'autre engagée dans une pratique : comment identifier un partenaire criminel ? Comment se faire accepter, comment infiltrer le milieu, quels sont les signes, les signaux de la confiance possible dans le système de ce paradoxe du truand qui a besoin de partenaires criminels, donc a priori peu fiables dès lors que leurs intérêts sont en jeu ? La violence a ses limites, qui dissuade vite un partenaire éventuel. Mais sans une réputation de violence, comment tenir l'autre ? Le combat, analysé ici comme acte de communication, finit par donner lieu à une impressionnante ethnographie carcérale. Et pour quiconque s'est passionné pour l'histoire du cinéma, les pages d'analyse du rapport entre la mafia et le cinéma signeront définitivement l'intérêt de l'ouvrage, de fond, assurément !

Citation

Les criminels incarnent l'homo economicus dans toute sa férocité et ils le savent.

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 17 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page