Le Crado pince fort

Ce garçon ira loin !... À moins qu'il s'arrête en chemin sur une chaise électrique...
Georges Simenon - L'Outlaw
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 28 octobre

Contenu

Roman - Insolite

Le Crado pince fort

Politique - Pastiche MAJ mardi 28 juillet 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Gordon Zola
Paris : Le Léopard démasqué, décembre 2008
160 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35831-001-7
Les Aventures de Saint-Tin et son ami Lou, 1

Actualités

  • 23/02 Édition: Saint-Tin sauvé !
    Depuis des mois les éditions du Léopard masqué étaient poursuivies en justice par la société Moulinsart SA - qui gère l'œuvre d'Hergé - pour la publication de la série de romans parodiques imaginée par Gordon Zola, "Les Aventures de Saint-Tin et de son ami Lou". La société Moulinsart accusait ces romans d'être des contrefaçons et estimait que Le Léopard masqué faisait preuve de "parasistisme" en publiant ces romans. La Deuxième chambre du tribunal correctionnel de Paris a estimé ces accusations sans fondement et a donc rejeté toutes les demandes de sanctions déposées par la société Moulinsart. Mieux : cette dernière a été condamnée à verser dix mille euros de dommages et intérêts au Léopard masqué, et devra en outre verser douze mille euros à l'éditeur Arconsil à titre de remboursement des frais de procédure dont il a dû s'acquitter.
    Le droit à la parodie est sauf, et les lecteurs auront donc toute liberté de lire "Les Aventures de Saint-Tin", dont le dixième tome, Le 13 heures réclame le rouge !, est sorti en janvier.
    Lire ici la dépêche dont nous tenons l'information, publiée sur le site Actua-litté et relayé par Bibliobs.
    Liens : Gordon Zola

  • 08/09 Édition: Le droit à la parodie en question...

Ce qu'il faut savoir sur la série

Saint-Tin est un détective qui part enquêter un peu partout dans le monde accompagné de son ami Lou, perroquet volage et sentencieux. Avec le capitaine Aiglefin, poivrot notoire, et le professeur Margarine, cryptozoologue averti, ils habitent le moulin Tsar, croisent au gré d'aventures débridées et totalement absurdes, les agents secrets Yin et Yang, aux humeurs diamétralement opposées.
23 romans de prévus comme les 23 albums de Tintin imaginés par Hergé. Des pastiches dans la plus pure tradition, jusqu'à la couverture librement inspirée de celle des albums. Hommage loufoque, terrible, sensible et parfaitement insensé !

Il faut sauver la Première Dame

Paris. Saint-Tin, l'illustre reporter à veste de lin beige, journaliste vinicole et détective chevronné, rentre tranquillement chez lui quand il aperçoit deux voyous tabasser un clochard nippon. Il se jette dans la bagarre, en sort sans gloire mais intact, tandis qu'ils enlèvent le clodo. En quittant son appart un peu plus tard, fouillant ses poches, il y découvre un mot griffonné sur un bout de papier : "Il faut détruire l'Epeire de Fez", signé Carla B. Carla B. ? Non ?... Pas... Pas celle à qui vous pensez, quand même ?... Si ? Si ! en conclut Saint-Tin, la houppette excitée.
Les agents Yin et Yang ne tardent pas à entrer dans la danse : ils ont découvert un clochard très soleil levant poignardé dans le dos. Mais c'est pas le bon. Le bon, lui, gît au Maroc. Une mission, assurément. D'autant que dans le journal qu'exhibe leur ami le capitaine Ernest Aiglefin, la première page signale la présence du couple présidentiel à Rabat. Coïncidence ? Certainement pas ! Nos compères y convolent (enfin... À Rabat ils apprennent que la Première Dame a fait une fugue (c'était avant son voyage à Rome). C'est du moins la version officielle. En réalité, elle aurait été enlevée que cela n'étonnerait guère nos lascars. Il faut sauver la Première Dame ! Las, en guise de Carla B., c'est une Carla Boudjan qui s'offre à eux. Nipponne, comme son nom ne l'indique pas, elle est agent infiltré pour démanteler un gros réseau de drogue asiatico-africain : "L'Epeire de Fez".
L'enquête s'avère difficile, car difficile de faire fonctionner le bon bout de la raison avec une équipe pareille. Rebondissement majeur : la Carla des jeans Dior réapparaît entre les mains de terroristes d'un autre âge, avant d'être libérée par nos vaillants missionnaires.
La couverture est sans appel. Il n'est pas jusqu'au nom de l'auteur qui ne signe avec brio la farce. Un pastiche, rocambolesque, fécond, loufoque à souhait. Une épopée éditoriale sans pareil, annonçait l'éditeur. Réussi ! Épigrammes, l'esprit de contre-escalier et l'à-propos dégainés sans façon, si vous n'aimiez déjà pas l'OuLiPo, passez votre chemin. Sinon, lisez-le sans rire, si vous le pouvez.

Citation

Une mauvaise expérience vaut mieux qu'un bon conseil.

Rédacteur: Joël Jégouzo samedi 18 juillet 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page