Les Petites filles

Regarde les années. "1815-1905". 18 : la dix-huitième lettre de l'alphabet est le R !
Didier Leterq - Théo et l'énigme des diamants
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

De neige et de vent
Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 26 mai

Contenu

Roman - Policier

Les Petites filles

Disparition - Mafia - Corruption - Trafic MAJ mercredi 22 février 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,7 €

Julie Ewa
Le Livre de poche, février 2017
474 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-253-08674-1
Coll. "Policier", 32767

Que faire de toutes ces petites pisseuses ?

Le temps est comme un lac. Autrefois quelqu'un a lancé un caillou et aujourd'hui encore sa surface se ride au rythme des ondes qui s'étalent. Cette onde poétique s'applique peut-être encore plus dans des pays comme la Chine où, par delà les mutations du monde moderne, la province reste encore dans la longue tradition ancestrale. Aussi, le roman de Julie Ewa va-t-il jouer sur ce caillou lancé et sur les ondes qui nous irriguent. L'intrigue se déroule donc sur deux espaces temporels différents, certains personnages jouant des rôles dans les deux périodes. Nous sommes en 1991, à Mou Di, petit village rural de Chine. Une jeune femme est sur le point d'accoucher et sa première fille disparaît. Elle tente d'en savoir plus, mais visiblement cela gène tout le monde, y compris son propre mari qui joue de l'argent avec la mafia locale. En parallèle, et de nos jours, Lina, une jeune Française qui dans le cadre d'un échange part étudier en Chine. Le responsable d'une ONG lui demande de l'aider : elle pourrait se rendre à Mou Di et enquêter sur de mystérieuses disparitions d'enfants. Évidemment, les deux pistes vont se rejoindre : certains personnages auront disparu entre les deux dates et d'autres auront changé de fonction, mais le lecteur peut ainsi comprendre certaines évolutions. Un lecteur attentif peut même laisser dériver ses pensées et comprendre une partie de l'histoire avant les personnages enquêteurs.
Le thème est à présent connu. C'est celui qui traite de la façon dont la Chine se comporte avec ses filles. Lorsque certaines disparaissent, ça ne semble choquer personne, tellement les filles sont une denrée périssable sans intérêt. Lorsque l'une d'elles est vendue, ça n'a pas l'air d'intéresser la police, pas plus que les voisins, ni même le père ! Va-t-elle être adoptée, servir à un réseau pédophile ou être utilisée pour d'autres activités ?
Julie Ewa construit une intrigue solide, avec une montée de la tension classique, créée avec suspense et un sens efficace de la narration. Tout ça lui permet de doser efficacement les passages entre l'histoire racontée et les faits réels, la sociologie et la description des modes de vie chinois - une société figée, corrompue, où de nombreuses choses sont cachées et où le prix de la vie n'a pas le même sens qu'en Occident. Par delà, les faits divers que nous lisons parfois dans nos journaux ou les émissions de journalistes qui évoquent ces thèmes, Julie Ewa nous offre, à travers des personnages vivants et esquissés avec soin, la touche humaine supplémentaire qui transforme ces chiffres bruts ou ces informations en une empathie palpable.

Citation

Les nuits à l'orphelinat ressemblaient à des concerts lugubres, si noirs qu'ils figeaient le sang. Des pleurs s'élevaient de la chambre des nourrissons.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 29 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page