La Marionnette

J'ai entendu dire que les Esquimaux ont des centaines de noms pour désigner la neige ; les habitants du Wyoming en ont autant pour parler du vent - et peu d'entre eux sont bienveillants.
Craig Johnson - Tous les démons sont ici
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Carré des indigents
Pour nos lecteurs les plus jeunes, rappelons que le carré des indigents est l'endroit dans un cimetiè...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 janvier

Contenu

Roman - Thriller

La Marionnette

Politique - Vengeance - Corruption - Finance MAJ samedi 14 mai 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,7 €

Alex Berg
Die Marionnette - 2011
Traduit de l'allemand par Patrick Démerin
Arles : Babel, mars 2016
416 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-330-06117-3
Coll. "Noir", 153

Actualités

  • 16/06 Prix littéraire: Sélections 2014 des GPLP
    Mardi 17 juin, dans les locaux de la BiLiPo, le jury du Grand Prix de Littérature Policière a procédé à sa sélection de romans tant français qu'étrangers pour l'année 2014. Chaque sélection est composée de quatorze ouvrages inédits en France parus entre début juin 2013 et fin mai 2014. Le prix, lui, sera proclamé début septembre 2014. Rappelons que ce prix purement honorifique est l'un des plus vieux et respectés en France et qu'il est décerné par une brochette de spécialistes du genre. Assez classique dans ses choix, espérons qu'il accouchera de deux lauréats surprises. Rendez-vous est pris à la rentrée littéraire pour voir ce qu'il en est !

    Sélection française 2014 :
    - Pur, d'Antoine Chainas (Gallimard, "Série noire") ;
    - Chiens enragés, de Marc Charuel (Albin Michel, "Thrillers") ;
    - La Traque de la musaraigne, de Florent Couao-Zotti (Jigal, "Polar") ;
    - Terminus Belz, d'Emmanuel Grand (Liana Levi, "Policier") ;
    - Du vide plein les yeux, de Jérémie Guez (La Tengo) ;
    - Le Grand sacrifice, de Daniel Hervouët (Le Rocher, "Ligne de feu") ;
    - L'Homme qui a vu l'homme, de Marin Ledun (Ombres noires) ;
    - Yeruldegger, de Ian Manook (Albin Michel) ;
    - La Faux soyeuse, d'Éric Maravélias (Gallimard, "Série noire") ;
    - Aux animaux la guerre, de Nicolas Mathieu (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - La Madonne de Notre-Dame, d'Alex Ragougneau (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes") ;
    - La Chute de Mr Fernand, de Louis Sanders (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Dawa, de Julien Suaudeau (Robert Laffont) ;
    - L'Hexamètre de Quintilien, d'Élisa Vix (Le Rouergue, "Rouergue noir").

    Sélection étrangère 2014 :
    - La Marionnette, d'Alex Berg (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - 911, de Shannon Burke (Sonatine) ;
    - La Danse de la mouette, de Camilla Läckberg (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - Le Dernier message de Sandrine Madison, de Thomas H. Cook (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Témoin de la nuit, de Kishwar Desaï (L'Aube, "L'Aube noire") ;
    - Des morts bien pires, de Francisco Gonzales Ledesma (Rivages, "Thriller") ;
    - Ghostman, de Roger Hobbs (Robert Laffont, "Best-sellers") ;
    - Dans la rue j'entends les sirènes, d'Adrian McKinty (Stock, "Cosmopolite noire") ;
    - Une disparition inquiétante, de Dror Mishani (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - La Fille du bourreau, d'Oliver Pötzsch (Jacqueline Chambon) ;
    - Une terre d'ombre, de Ron Rash (Le Seuil, "Cadre vert") ;
    - Empty Mile, de Matthew Stockoe (Gallimard, "Série noire") ;
    - Zarbi, de Cathi Unsworth (Rivages, "Thriller") ;
    - Né sous les coups, de Martyn Waites (Rivages, "Thriller").
    Liens : Pur |La Traque de la musaraigne |Terminus Belz |L'Homme qui a vu l'homme |Yeruldegger |La Faux soyeuse |Aux animaux la guerre |L'Hexamètre de Quintilien |La Danse de la mouette |Témoin de la nuit |Des morts bien pires |Une disparition inquiétante |Une terre d'ombre |Empty Mile |Zarbi |Né sous les coups |911 |Dawa |Antoine Chainas |Florent Couao-Zotti |Emmanuel Grand |Jérémie Guez |Daniel Hervouët |Marin Ledun |Ian Manook |Louis Sanders |Élisa Vix |Camilla Läckberg |Thomas H. Cook |Kishwar Desai |Ron Rash |Matthew Stokoe |Cathi Unsworth

  • 23/05 Édition: Parutions de la semaine - 23 mai

Les trois jours de l'aigle

On se fait souvent des idées fausses y compris sur nos proches voisins. On pourrait penser que nos voisins allemands sont des êtres rigoristes, traumatisés par le passé nazi et qui se contentent d'offrir leurs machines outils à travers le monde. De fait, ils ont évolué comme tout le monde et leurs rangs comportent des hommes politiques corrompus, des hauts fonctionnaires qui ne songent qu'à leur carrière, des industriels dont le but principal est de s'enrichir quelles que soient les conditions. Le Produit National Brut augmente aussi grâcce à la vente d'armes perfectionnées, et leur armée commence à s'illustrer sur les champs de "maintien de la paix" à travers le monde.
Katja Rittmer est l'une des rares femmes soldate. Formée aux combat, elle se trouve avec ses frères d'arme au cœur des combats en Afghanistan. Lorsque sa patrouille tombe dans une embuscade des talibans, seule survivante, elle découvre que ses assaillants ont utilisé des armes technologiques pointues qu'ils ne devraient pas avoir et qui ont été élaborées en Allemagne. L'entreprise incriminée fait appel pour se défendre à l'avocate Valerie Weymann. Devant le mutisme du gouvernement et certaines accointances, Katja Rittmer décide de venger ses camarades morts au combat. Son idée ? Revenir semer le trouble en Allemagne en posant des bombes, et forcer les coupables à se dénoncer. Eric Mayer, un officier des services secrets allemands, et l'un de ses homologues américains (car un sénateur des États-Unis participait aux magouilles d'un groupe d'armement allemand qui détient les usines Larenz) sont chargés de tenter de résoudre le problème. Mais cette résolution passe-t-elle par la mort de Katja Rittmer ou sa mise hors d'état de nuire et son arrestation ? Eric Mayer peut-être un peu critique à l'égard de sa hiérarchie risque de tomber lui aussi dans un piège pour le coincer.
La Marionnette, deuxième roman qui met en scène l'avocate Valerie Weymann, est un roman noir dans la mesure où c'est un ouvrage cynique : corruptions à tous niveaux, volonté des gouvernements même honnêtes, de camoufler les magouilles de certains de leurs membres, coups tordus des uns et des autres. Le récit alterne entre les espaces torrides de l'Afghanistan et les coulisses feutrées des ministères berlinois, mais y a-t-il vraiment une profonde différence ? Sur le modèle classique des pièges et des contre-pièges, sur l'itinéraire d'un citoyen seul (ou presque) contre les pouvoirs, le thriller a offert des romans exceptionnels comme ceux de James Grady, et des textes intéressants, sensibles, plus classiques, plus linéaires, d'honnêtes travaux de bons artisans comme le présent volume.

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2014

Citation

On lui donnerait des informations, peut-être même dès le lendemain, mais filtrées, triées. Public-compatibles. Ce n'est pas ce qu'elle voulait.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 14 mai 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page