Nuit

Il ne termina pas sa phrase. Une des vertus du Glock est généralement de rendre muets les jacasseurs sur lesquels on les pointe.
Maurice Gouiran - Franco est mort jeudi
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 août

Contenu

Livre sonore - Thriller

Nuit

Vengeance - Assassinat - Crépusculaire MAJ lundi 17 décembre 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24,9 €

Bernard Minier
Hugues Martel (lecteur)
Paris : Audiolib, septembre 2017
2 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 9782367624303

Nuit. Jour. Nuit...

Mer du Nord. Tandis qu'une tempête fait rage, un hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur une plateforme pétrolière. Un meurtre y a été commis, et un homme manque à l'appel : Hirtmann, ce double grimaçant de l'inspecteur Martin Servaz, son meilleur ennemi... Au dos d'une photo d'enfant retrouvée, cette seule inscription : "Gustav", qui a le don d'interloquer Servaz. L'intrigue est lancée, Servaz est de nouveau aux trousses de Hirtmann, plus inquiétant que jamais. Pour leur ultime affrontement ? Peut-être... Retour à Saint-Martin-de-Comminges, où tout a commencé. Qui est Gustav ? La traque s'organise, de la Norvège au sud-ouest de la France. Longue, multiple, interminable... façonnant le récit en page turner plus ou moins efficace. Hugues Martel s'en sort bien, confronté à ce volumineux pavé. Plaintif souvent, il s'interroge et nous laisse entendre ses écarts, se relançant avec chagrin, prolongeant de silences superbes des phrases qui ne mènent nulle part, du coma de Servaz au mystère de Gustav, né quelques mois après la disparition de l'amante de Servaz. Des phrases qui ne servent qu'à prolonger indéfiniment ce jeu du chat et de la souris. Car le piège en place, Servaz semble être le seul à ne pas le voir. Il faut alors tout le talent du comédien pour sauver ce long récit de son manque d'intérêt. Au point qu'on ne sait que dire au final, sinon que le comédien choisit pour interpréter ce roman plutôt convenu, a déployé un talent prodigieux pour rendre l'écoute palpitante et échapper au conformisme du style déployé. Comme lorsqu'il joue avec ces sacro-saintes phrases courtes du polar français exsangues de tout verbe, ce style tout en élisions qui finit par lasser, qu'il suspend en silences ahurissants.

NdR - 2CD MP3, 15 h 52 d'écoute.

Citation

[...] et même Freud, ce renifleur de petites culottes ?

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 29 septembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page