Boris. Et pan !

Si je m'étais fait descendre par un flic en train de piquer de la robinetterie dans un appartement vide, on m'aurait enterré en un quart d'heure, point final. J'étais un bon à rien, je vivais comme un bon à rien dans un quartier de bons à rien…
Jake La Motta - Raging Bull
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 juin

Contenu

Album - Aventure

Boris. Et pan !

Anthropomorphisme - Braquage/Cambriolage MAJ mardi 17 octobre 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 3 ans

Prix: 6,6 €

Mathis
Mathis (illustrateur)
Paris : Thierry Magnier, mai 2015
24 p. ; illustrations en couleur ; 15 x 15 cm
ISBN 978-2-36474-663-3

Flèche qui mouille !

Boris, l'ourson, avance masqué un pistolet à ventouse à la main accompagné de ses trois irréductibles amis (dont une vipère !). Convaincu de passer incognito, il se dirige vers la cave pour aller faire peur à son papa. Bien lui en a pris car c'est le début de ses déboires ! À chaque fois qu'il utilise son pistolet, la fléchette revient le frapper par ricochet. Pire : quand il s'avise de viser un nuage, celui-ci rigole et se met à lui pleuvoir dessus. Jusqu'au moment où Boris, très énervé, jette son arme dans une poubelle convaincu qu'on ne l'y reprendra pas. Mais dans le jardin l'attend un étrange individu masqué armé d'un arc et de flèches à ventouse... Et pan ! c'est une mise en situation qui montre aux enfants que jouer avec une arme même factice peut s'avérer dangereux, et qu'elle se retourne parfois contre soi. Malheureusement, Mathis raconte aussi une tout autre histoire : car les armes sont parfois nécessaires. Et le dilemme est bien dans cet étrange équilibre à trouver en compagnie de ses parents. Car à deux ans on ne peut pas comprendre toute cette complexité, mais avec des mots choisis et des dessins percutants aidés de flèches (mais pas à ventouse) pour mieux se rendre compte de comment une flèche (à ventouse cette fois) rebondit pour mieux nous attaquer, c'est beaucoup plus simple. N'est pas bandit qui veut, et gageons qu'il n'y a pas de graine de cette engeance chez cet ourson pas toujours sympathique, qui nous énerve un peu, et qui nous fait rire par ses mésaventures !

Illustration intérieure


Citation

Aaah... Pour vivre tranquille, vivons sans arme !

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 17 octobre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page