La Princesse et l'assassin

Au milieu du no man's land hyper blanc, régnait le blockhaus de verre et d'acier des gardiens de nuit, citadelle Vauban inexpugnable, tout en angles d'attaque et mortellement transparent. Mais les héros et les toxicomanes ne renoncent jamais.
Antonin Varenne - Dernier tour lancé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 28 juin

Contenu

Roman - Thriller

La Princesse et l'assassin

Tueur en série MAJ samedi 12 décembre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 13,5 €

Magnus Nordin
Prinsessan och mördaren - 2003
Traduit du suédois par Max Stadler, Lucille Clauss
Rodez : Le Rouergue, octobre 2009
256 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0070-8
Coll. "DoAdo Noir"

Triste Suède

Depuis la trilogie "Millénium", on sait que la Suède n'est pas un pays idéal, au système éducatif parfait. La  Princesse et l'assassin se déroule principalement dans une banlieue tranquille de Stockholm où une nouvelle élève, Nina, arrive au lycée. Depuis plusieurs années sa famille est condamnée à déménager pour fuir de terribles rumeurs qui ont aussi affecté la jeune fille. Mais cette fois Nina semble nouer des liens prometteurs. Elle est d'abord prise sous l'aile protectrice de la richissime et capricieuse Lenita. Elle fait ensuite la connaissance de son camarade de classe et voisin Markus. Enfin, lors de la fête d'anniversaire de Lenita, Nina rencontre Jajje, le guitariste d'un groupe de rock qui connaît ses premiers succès. Mais cette nuit-là, un meurtre est commis sur un jeune homme et la vie de chacun des personnages s'en trouvera bouleversée.
Ce thriller démarre lentement, plante son décor et ses héros dans un quotidien banal avant que le drame n'éclate. Dès le début, une tension est perceptible et ne fait qu'augmenter. On ne lâche pas ce roman avant de l'avoir terminé, d'autant qu'il réserve quelques surprises. Pour mieux comprendre certains comportements on aurait besoin d'un peu plus d'explications. Dommage que les dialogues manquent de fluidité et de clarté.

Citation

La grisaille pendait comme une toile sombre devant les fenêtres.

Rédacteur: Valérie Sebag jeudi 10 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page