L'Offrande grecque

Introduits au cœur des lieux du crime, les reporters mènent l'enquête comme de véritables détectives. Portés par le succès du roman policier, ils font vivre à leurs lecteurs la quête des indices, émettent des hypothèses et s'octroient de plus en plus le rôle du limier.
Alain Denizet - L'Affaire Brierre : un crime insensé à la Belle Époque
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 09 mai

Contenu

Roman - Policier

L'Offrande grecque

Politique - Historique - Complot MAJ lundi 02 mars 2020

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Philip Kerr
Greeks Bearing Gifts - 2018
Traduit de l'anglais (Écosse) par Jean Esch
Paris : Le Seuil, novembre 2019
474 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-134068-6

Une dernière danse

1957, l'Allemagne, désormais divisée en deux entités adverses, est en phase de reconstruction, à la recherche d'une place de choix au sein de la nouvelle Europe unie. Pour les anciens serviteurs, plus ou moins volontaires du régime nazi comme Bernie Gunther, il est temps de faire profil bas, d'échapper le plus possible aux questions embarrassantes. De retour en Allemagne après des années d'exil, l'ex-agent de Heydrich et Goebbels survit sous une identité d'emprunt comme employé d'une morgue munichoise, avant qu'une figure surgie de son passé ne vienne le forcer à sortir de son isolement et ne le pousse à devenir enquêteur pour une compagnie d'assurance qui apprécie son expérience de policier. Envoyé en Grèce pour enquêter sur le naufrage suspect d'un navire de plaisance allemand, Gunther va rapidement se confronter aux crimes de guerre commis sur place par les siens et devoir, une fois de plus, tenter d'en finir avec un conflit qui ne cesse décidément de le hanter.
En créant le personnage trouble de Bernie Gunther au début des années 1990, le Britannique Philip Kerr faisait entrer le polar au cœur même du système nazi pour en interroger le fonctionnement, les atrocités et les complaisances, les petits arrangements quotidiens que devait accomplir un fonctionnaire de police dévoué dans un monde où la justice importait peu. Initialement conçu comme une impeccable trilogie, la série se poursuivit au fil de l'exil de son antihéros, qui lui permettait d'explorer les ricochets de l'Allemagne nazie, en Amérique du Sud comme en Europe. Pour cet ultime volet du cycle, interrompu par la mort de son auteur en 2018, Philip Kerr renoue avec les grandes heures de sa fresque historique et, autour d'un complot mené par les anciens camarades d'un Gunther vieillissant, en quête d'une impossible rédemption, esquisse les contours d'une Europe prompte à l'amnésie et aux compromissions avec l'ennemi d'hier dès lors qu'on lui présente un nouvel adversaire. Un peu amer sans doute, Philip Kerr qui, en même temps qu'il clôturait un pan de la vie de Bernie Gunther s'apprêtait à en ouvrir un autre, à partir de nouvelles pistes qui resteront hélas inexplorées, signe avec L'Offrande grecque une belle conclusion à ce qui restera comme une des plus indispensables sagas du polar historique.

Citation

Personnellement, je ressemble un peu à une huître. Il y a des années de cela, en janvier 1933 pour être précis, un morceau de sable s'est introduit dans ma coquille et a commencé à m'agacer. Mais s'il y a une perle en moi, c'est sans doute une perle noire. Franchement, j'ai fait durant la guerre deux ou trois choses dont je ne suis pas fier. Rien d'inhabituel. C'est ça la guerre.

Rédacteur: Jean-François Micard lundi 02 mars 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page