Noir comme le jour

Banks sentit qu'il éveillait sa méfiance, que son subterfuge était aussi faiblard qu'un programme politique.
Peter Robinson - Toutes les couleurs des ténèbres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 mai

Contenu

Roman - Noir

Noir comme le jour

Social - Tueur en série - Rural MAJ lundi 06 avril 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Benjamin Myers
These Darkening Days - 2017
Traduit de l'anglais par Isabelle Maillet
Paris : Le Seuil, janvier 2020
378 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-02-137765-1
Coll. "Cadre noir"

Après la nuit, le crépuscule

Avec l'auteur Benjamin Myers, nous retournons de nouveau dans un petite région en décadence de l'Angleterre, la vallée des Pennines, où comme dans des endroits de France se côtoient les derniers ruraux et les nouveaux bobos. Dans ce coin presque paumé, il y a Roddy Mace et James Brindle. Le premier est un journaliste londonien qui travaille dans la presse locale, quant au second c'est un ancien policier d'élite, aujourd'hui en repos. Les deux hommes s'ennuient un peu, mais ce n'est que passager. L'agression dont est victime Joséphine Jenks, une gloire locale et un peu décatie du porno, qui lui laisse une énorme balafre la défigurant, va venir mettre un début de dynamisme. Il y a même un journal londonien, spécialisé dans les faits divers scandaleux, qui délègue un envoyé spécial. Lorsque d'autres attaques, parfois mortelles, surviennent, l'idée d'un tueur en série se propulse au devant de l'actualité. Mais parfois, la réalité est encore plus glauque qu'elle n'y parait...
La série de Benjamin Myers, commencée en France en 2018 avec Dégradation, un très bon roman, permet au lecteur de retrouver les deux personnages centraux attachants. La série est beaucoup plus ouverte que les simples détails des personnages. Ici, ils semblent même se mettre en arrière–plan pour offrir une galerie de personnages secondaires de ce monde particulier - un marginal, idiot du village, un fermier en proie à la crise, une "vedette" de la presse à scandale... Il faut être attentif à chaque passage de l'intrigue car la solution qui apparaitra au final est fine et forte, à l'opposé des clichés que l'on lit parfois. Elle montre bien comment le roman policier vire avec bonheur et force vers le roman noir, dans sa description sombre et désespérée du quotidien, des rapports humains, du besoin de célébrité. De ce point de vue, plus que par la structure policière, mais par cette fine analyse du monde entre ruralité et péri-urbanisme, le roman de Benjamin Myers explicite avec force son titre, Noir comme le jour.

Citation

Une forme, avachie. Semblable à un tas d'ordures. À un dépôt de détritus. Quelque chose dans cet amas accroche pourtant le regard de l'homme au moment où, ses jambes ne demandant qu'à le porter dans une direction différente, la tête pleine de fumée et de chansons, il s'en approche.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 06 avril 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page