Le Manteau de neige

Pas de chats à l'horizon. Ils accouraient généralement d'une démarche chaloupée ou se pressaient contre la porte quand il rentrait. Non pour témoigner leur amour ou quelque forme d'affection, mais simplement parce qu'aucun d'entre eux ne savait se servir d'un ouvre-boîte.
Carsten Stroud - Retour à Niceville
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 07 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Le Manteau de neige

Fantastique - Psychologique - Rural MAJ mardi 19 mai 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Nicolas Leclerc
Paris : Le Seuil, février 2020
350 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-142690-8

Shining dans le Haut-Doubs

La grand-mère est catatonique et survit végétative dans la ferme du Haut-Doubs, dans un coin que tous les habitants locaux évitent tant ils en ont peur. Le grand-père est parait-il dangereux. Pourtant sa femme sort du coma et l'abat !... Le fils, sa femme et la petite-fille Katia viennent pour l'enterrement et l'on découvre que c'est justement Katia qui hérite de la maison. Mais cette même Katia souffre d'une maladie : elle est haptophobe, c'est-à-dire qu'elle ne supporte pas qu'on la touche. Elle suit un traitement mais tout se complique lorsqu'elle commence à entendre des voix et a l'air possédé par elle ne sait pas trop qui. C'est alors qu'elle rencontre une femme qui tente de communiquer avec les morts. Katia va être obligée de se plonger dans le passé de sa propre famille pour comprendre pourquoi la ferme familiale est hantée et évitée par les paysans locaux, pourquoi tout le monde se tait et surtout pourquoi son père a l'air si étrange.
Le Manteau de neige est un roman qui n'est pas policier au sens strict du terme mais qui lorgne plutôt du côté du fantastique avec sa malédiction qui persiste à travers les âges, ses âmes méchantes qui se réincarnent pour continuer à vivre leur vie démoniaque, ses sombres rumeurs du monde rural (ici le Haut-Doubs décrit du côté de Morteau, plus connu pour ses saucisses que ses tueurs en série). C'est là un genre un peu particulier avec ses propres codes et qui joue ici sur la corde du particulier, très centré autour d'une jeune fille adolescente à qui il arrive de nombreux problèmes en même temps (harcèlement scolaire, malaise psychologique, possession). Dans le genre, le récit de Nicolas Leclerc est bien monté et le final haletant. L'intrigue est construite avec soin en s'appuyant sur des lieux que l'auteur connait visiblement bien. Voilà un premier roman prometteur...

Citation

Il ne se rend compte de la présence de sa femme qu'à l'instant précis où la lame du poignard pénètre dans sa jugulaire et que son sang jaillit de sa gorge, inonde le fauteuil et éclabousse la chienne pétrifiée.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 19 mai 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page