La Mauvaise herbe

La deuxième vague arriva à peine quelques minutes plus tard, les policiers tantôt tirant, tantôt poussant les marcheurs dans le parc et les rues transversales. Le hurlement des sirènes proches ou lointaines se mêlait aux cris des agents, aux chants des manifestants et au ronflement des moteurs qui démarraient de plus belle, partaient, puis revenaient encore et encore pour embarquer un autre groupe. Ben, figé sur place, observait la foire d'empoigne autour de lui. Les sirènes hurlaient sans discontinuer et, en fond sonore, tels des roulements de tambour, résonnait le staccato des rangers des policiers qui, un rang après l'autre, chargeaient le flot incessant des enfants.
Thomas H. Cook - La Fureur de la rue
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 08 décembre

Contenu

Roman - Policier

La Mauvaise herbe

Social - Assassinat - Rural MAJ jeudi 16 juillet 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Agustín Martínez
La Mala hierba - 2017
Traduit de l'espagnol par Amandine Py
Arles : Actes Sud, mars 2020
392 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-330-13375-7
Coll. "Actes Noirs"

Raisons multiples

Dans un petit village à l'écart de presque tout, une jeune fille de quatorze ans rentre chez elle au matin pour découvrir le corps de sa mère, et son père gravement blessé et dans le coma. Quelques jours plus tard, en lisant les SMS de la jeune fille, la police se pose la question de savoir si ce n'est pas elle qui aurait commandité l'assassinat de ses parents. Tout le village est remué et les questions fusent. Des indices contradictoires apparaissent et tout se mélange. En effet, si la famille s'était réfugiée dans ce petit village, c'est parce que le père était devenu chômeur. Du coup, énervé, il battait sa femme qui se consolait dans les bras d'un "indigène". De plus, pour avoir quelques centimes, le père travaillait au noir à aller voler des cochons dans les élevages. Il aurait aussi rencontré le "Sacrificateur", une légende locale qui serait responsable des meurtres. Qui plus est, deux "amis" de la jeune fille pourraient fort bien l'avoir aidée, elle qui se plaignait que son père l'aurait violée.
Comme on le voit, le roman embrasse de nombreux thèmes et jusqu'à la fin les possibilités pour savoir qui est derrière le meurtre et la tentative de meurtre existent. Toutefois, le récit s'égare parfois justement entre tous les thèmes possibles - le retour dans un petit village où les habitants sont hostiles, et veulent lyncher la coupable potentielle, où un riche notable fait sa loi, l'entrée à la fois dans la violence et le chômage, le personnage central un peu amnésique qui se demande ce que sait et fait sa fille, les policiers qui instruisent à charge, des Serbes qui auraient participé au meurtre, un trafic annexe de drogue et d'escroqueries à l'assurance. Certes le crime est révélateur d'autres troubles, et l'histoire avance avec intérêt, mais elle aurait peut-être gagné à se resserrer sur une série d'événements. À moins que la volonté de l'auteur n'ait été de reconstituer la complexité d'une situation, auquel cas, il a réussi son travail.

Citation

Je voudrais garder ce souvenir de toi qui reposais contre ma poitrine, lourde de fatigue après avoir fait l'amour, pas de ce bateau qui sombre dans une flaque de sang à mes pieds.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 juillet 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page