La Faiblesse du maillon

En une seul nuit, il avait perdu son église et assassiné un homme, mais aussi découvert qu'il s'était embarqué sur un radeau avec une bande de voleurs et de violeurs de sépulture.
Joe R. Lansdale - Les Enfants de l'eau noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 25 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Faiblesse du maillon

Politique - Corruption - Chantage MAJ mardi 22 septembre 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Éric Halphen
Paris : Rivages, mai 2020
446 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-5052-0
Coll. "Noir"

Les dessous de la campagne

La France est en campagne électorale. Une campagne dont les rouages bien huilés sont grippés par un candidat que tout le monde surnomme "le Boss". Jeune, séduisant, communiquant hors pair, il se prétend indépendant des partis, drague à droite comme à gauche pour s'assurer l'élection. Membre de sa garde rapprochée, Gustave est un de ces jeunes loups, technocrates, subjugués par le chef et promis à un avenir brillant... si ce n'est que la relation qu'il vit avec Olivia, ambitieuse commissaire de police à la brigade des stupéfiants, bat sérieusement de l'aile et pourrait ne pas survivre à la campagne. Lorsque des SMS, aussi énigmatiques que menaçants tombent sur le portable de Gustave, tandis qu'Olivia se retrouve dans le collimateur de l'IGPN pour une faute impardonnable, tout ce bel avenir semble s'éloigner pour de bon.
Premier roman depuis dix ans d'Éric Halphen, La Faiblesse du maillon permet de plonger, de l'intérieur, dans les rouages d'une campagne. Difficile de ne pas reconnaître quelques figures publiques dans les personnages brossés par le magistrat-romancier, en particulier ce "Boss" qui fait écho de manière directe à un candidat qu'Éric Halphen a fortement soutenu et qui a réussi son pari politique. C'est aussi l'occasion de retrouver, en personnages secondaires, le juge Barth et le flic Bizek, héros de ses précédents romans. Un sujet passionnant qu'il connaît de l'intérieur et sur le bout des doigts, des personnages connus et appréciés, des références à l'actualité, Éric Halphen avait tout pour réussir un polar marquant, et pourtant La Faiblesse du maillon est, ironie du sort, son roman le plus faible. Tout est lent, tout traîne, son couple de "héros" et leurs tourments amoureux agacent rapidement, le "mystère" s'avère être totalement creux, et tout ce qui pouvait donner une quelconque énergie au roman est dilué dans des pavés explicatifs mal maîtrisés (quand il ne s'agit pas de résumés biographiques des personnages depuis la maternelle). Aussi aveuglé que Gustave par le charme du Boss (et de son modèle politique ?) Éric Halphen se perd et nous perd. Quelques scènes relèvent un peu le niveau, mais pas suffisamment pour nourrir un roman qui aurait pu être un portrait acide des mœurs politiques (comme il le promettait), mais n'est en définitive qu'un survol, en très haute altitude, où l'on s'ennuie à contempler le paysage de trop loin. Quand est-ce qu'on arrive ?

Citation

À la suite vient le vin d'honneur coutumier. Le Boss a plusieurs fois confié à Gustave qu'il s'agit selon lui des moments les plus importants des campagnes, boire un verre, même si on n'en a aucune envie, pour ne pas paraître bégueule, tenir des discussions animées avec des hommes et des femmes qu'on ne reverra probablement jamais, même si on n'a rien à leur dire, paraître à tout moment intéressé et intelligent, ouvert et souriant, séduire sans être pour autant trop proche, sans pour autant que ça se voie, voilà quelle est la gageure, celle que neuf candidats sur dix ne parviennent pas à surmonter. Les journalistes et les médias n'en ont que pour le fond. Le programme, les idéologies, les idées. Ils oublient que le fond, tout le monde ou presque s'en moque. Ce qui fait le vainqueur, ce qui les départage, c'est uniquement la forme. Le sourire, les bises, les attitudes. La tenue de la fourchette et la façon de trinquer.

Rédacteur: Jean-François Micard mardi 22 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page