La Vengeance des poules

Après le dîner, j'ouvre mon exemplaire des Alcooliques Anonymes. J'ai beau lire le même paragraphe pour la troisième fois, je n'arrive toujours pas à en saisir le sens. Ce n'est pas pour rien qu'on surnomme ce bouquin "Le Gros Livre". Obsolète et répétitif. J'ai l'impression d'avoir commencé à le lire il y a des siècles. Mais je dois bien admettre qu'à ce jour, ce livre est ce qui s'apparente le plus à un guide de survie.
Lesley Kara - Qui le sait ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 01 juillet

Contenu

Roman - Policier

La Vengeance des poules

Écologique - Assassinat - Rural MAJ vendredi 25 septembre 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12,9 €

Brigitte Soury-Bernard
La Crèche : Geste, août 2019
278 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 979-10-353-0485-0
Coll. "Le Geste noir", 134

Élevage mortel

Dans un petit village de la campagne deux-sevriennes, la mairie est alertée par une odeur méphitique provenant de l'élevage industriel de poulets installé sur le territoire de la commune. Pire encore que d'habitude en cet été caniculaire l'odeur provient en réalité du propriétaire de l'élevage, assassiné dans son poulailler. Dans cette petite communauté déjà déchirée par l'installation de l'exploitation, le meurtre va réveiller quelques anciennes rancunes. Conflit familial ayant mal tourné ? Vues divergentes sur l'élevage ? Banal fait divers ? L'atypique gendarmette chargée de l'affaire aura fort à faire pour ramener la sérénité au village.
Spécialisées dans l'édition de polars "régionaux", les éditions Geste balisent régulièrement le Poitou de romans tirant parti de leur cadre géographique. Pour son premier roman, Brigitte Soury-Bernard s'attaque au thème, si clivant dans nos campagnes, des élevages industriels. Là où leurs défenseurs y voient une source de développement économique, leurs adversaires fustigent les dégâts causés à l'environnement et le traitement des animaux qui y sont parqués. Hélas, elle ne fait pratiquement rien de ce point de départ prometteur, la faute en incombant principalement à un style aussi attrayant que celui d'une dépêche dans la presse locale ou à un compte rendu de conseil municipal. À aucun moment l'auteure ne parvient à nous faire ressentir la canicule de l'été 2015, pourtant si importante dans le roman, ni l'ambiance confinée de l'élevage. À aucun moment non plus elle ne parvient à nous intéresser au sort de ses personnages, dénués de toute caractérisation. À partir du même matériau, d'autres auraient sans doute pu signer un polar poisseux, âpre, nourri de toutes les rancœurs qui gangrènent les petits villages, mais Brigitte Soury-Bernard rate le coche et signe un premier roman sans âme ni élan.

Citation

Comment ce pauvre garçon avait-il pu finir ainsi ? Il n'aurait su dire pourquoi, c'étaient pourtant les poules et leur triste sort qui s'imposaient à son esprit. Il en avait honte

Rédacteur: Jean-François Micard vendredi 25 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page