Entre fauves

Les hommes n'ont aucune importance. Les trusts d'armement et les gouvernements ne travaillent pas en fonction des valeurs et des idéaux des hommes, mais en fonction des impératifs économiques. Les processus sont automatisés.
Oliver Bottini - Paix à leurs armes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 09 mai

Contenu

Roman - Noir

Entre fauves

Ethnologique - Écologique - Trafic MAJ lundi 28 septembre 2020

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Colin Niel
Rodez : Le Rouergue, septembre 2020
342 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-2068-3
Coll. "Noir"

Partie de chasse

Charles est un lion. Un lion rusé, féroce et affamé, qui n'hésite plus à s'en prendre au bétail des paysans de Namibie, au point qu'il a été inscrit sur la liste des animaux indésirables, que l'on peut abattre. Pour Kondjima, jeune paysan dont le troupeau a été exterminé par le prédateur, il est l'occasion d'impressionner celle qu'il aime. Pour la mystérieuse Leg Holas, jeune chasseuse blonde tirant ses proies à l'arc, il est un cadeau d'anniversaire de rêve, la chance inespérée de se confronter au roi de la jungle. Et pour Martin, garde au parc naturel des Pyrénées et anti-chasse notoire, il est un cadavre, une photo découverte par hasard sur Facebook qui fait exploser sa soif de vengeance. Non seulement pour ce lion, mais pour tous les lions, tous les animaux tués inutilement, pour Cannelle l'ourse des Pyrénées tuée "accidentellement" par des chasseurs, et pour son ourson Cannelito, qui a disparu et dont il pressent qu'il a subi le même sort. Entre-eux commence une traque, opiniâtre, où l'on ne sait plus bien bien qui est le prédateur et qui est la proie.
Biologiste de formation, Colin Niel quitte ici la Guyane de son héros récurrent André Anato pour se pencher sur le milieu restreint de la chasse au gros gibier, et à partir de la (vraie) campagne de cyberharcèlement dont ont fait preuve quelques chasseurs un peu trop fiers de leurs massacres d'animaux protégés qui ont vu leur vie chamboulée par la publication de leurs adresses et identités par des activistes anti-chasse, il compose un roman choral passionnant entre les Pyrénées et l'Afrique, où s'affrontent diverses vues du monde et du rapport entre les espèces. Tour de force d'écriture, Entre fauves s'empare de ce sujet clivant pour en aborder tous les aspects, sans se livrer à aucun moment à un réquisitoire. Ici, tous les protagonistes, humains comme animaux, ont leur voix propre, leur personnalité et leur vécu qui expliquent leurs actes, même les plus abjects. On partage la haine mêlée de tristesse d'un activiste voyant la planète et les écosystèmes bouleversés par la bêtise humaine, on sent la fascination mêlée de bravade inconsciente d'une jeune chasseuse désireuse de dépasser ses limites et d'épater son père, on accompagne la quête vengeresse et amoureuse d'un jeune berger d'une peuplade encore largement épargnée par la modernité, et on vibre aux douleurs d'un prédateur solitaire face à ces bipèdes insolents. On vit la, ou plutôt les traques, aussi bien à travers le regard du chasseur que celui de la proie, et on n'est pas prêt d'oublier ce superbe récit qui vise juste, et force à s'interroger sur les instincts qui prennent parfois le dessus sur la raison.

Citation

Franchement, moi, j'ai honte de faire partie de l'espèce humaine. Ce que j'aurais voulu, c'est être un oiseau de proie, les ailes démesurées, voler au dessus de ce monde avec l'indifférence des puissants. Un poisson des abysses, quelque chose de monstrueux, inconnu des plus profonds chaluts. Un insecte, à peine visible. Tout sauf homo sapiens. Tout sauf ce primate au cerveau hypertrophié dont l'évolution aurait mieux fait de se passer. Tout sauf le responsable de la sixième crise d'extinction qu'aura connue cette pauvre planète. Parce que l'histoire des hommes, c'est surtout ça. L'histoire des hommes, c'est l'histoire d'une défaunation à grande échelle, des deuils animaux à n'en plus finir.

Rédacteur: Jean-François Micard lundi 28 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page