Tombes oubliées

Est-il plus incorrect de se plaindre de cette situation ou d'y avoir mené le pays ? Les plus incorrects étaient-ils les citoyens malheureux ou bien les politiciens incapables et véreux ?
Laurent Bettoni - Mauvais garçon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange déchu
Max Temple, célèbre psychologue spécialisé dans le démontage des théories complotistes, vient de mourir. ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 28 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Tombes oubliées

Western - Énigme - Disparition MAJ jeudi 26 novembre 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Lincoln Child & Douglas Preston
Old Bones - 2017
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sebastian Danchin
Paris : Archipel, novembre 2020
354 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-8098-3964-7
Coll. "Suspense"

Le trésor de la sierra Nevada

Pour Corrie Swanson, la protégée de l'agent Pendergast, il est temps de voler de ses propres ailes au sein du FBI. Sa première affaire viendra de façon inattendue : s'introduisant dans une maison promise à la démolition, l'historien Clive Benton met la main sur le saint Graal de l'archéologie, un cahier dont on ignorait s'il existait encore. Celui-ci appartenait à la fille de Jacob Donner, dont le nom reste lié à des pages noires de l'histoire de la conquête de l'Ouest. En effet, son expédition se retrouva coincée dans la Sierra Nevada, et on murmure qu'entre autre horreurs, les colons durent s'adonner au cannibalisme pour survivre. Or sur les trois campements où s'installa l'expédition, seuls deux ont été retrouvés, le troisième étant surnommé le campement perdu. Obsédé par cette affaire, Benton s'adresse à l'archéologue Nora Kelly, qui connaît bien la région : il est persuadé que le cahier lui permettra de retrouver ce fameux campement perdu et de rétablir la vérité sur cette étrange histoire. De plus, l'un des membres de l'expédition transportait mille pièces d'or qui n'ont jamais été retrouvées. De son côté, après une série de petits travaux, Swanson est mise sur l'assassinat d'un pilleur de tombes notoire. Il apparaît vite que ce n'était qu'un comparse, mais pourquoi l'avoir tué ? La tombe pillée était celle d'une certaine Florence Parkin — or, quelques mois plus tôt, la tombe du cimetière de Montparnasse d'un certain Thomas Parkin a également été vandalisée. Et une Parkin bien vivante est portée disparue... Tous ces gens étaient les descendants d'un nommé Alan Parkin, qui fit partie de l'expédition de Donner. En dépit des réticences de ses supérieurs, Swanson est persuadée que ces persécutions ont un rapport avec l'expédition de Nora Kelly. Mais lequel ? Il faudra aller aux fin fond de la Sierre Nevada pour le découvrir...
Est-ce vraiment une nouvelle série, comme celle apparemment terminée de Gideon Crew, ou le prolongement de la saga Pendergast, puisque les personnages de Corrie Swanson et Nora Kelly sont apparues dans des romans précédents des auteurs (et on ne déflorera pas trop en disant qu'un certain policier du FBI fait une apparition...) ? On l'a vu, Douglas Preston et Lincoln Child ont besoin d'un peu de temps pour s'installer dans une nouvelle série, et celle-ci mélange le bon et le moins bon (mais pas forcément le mauvais). Comme souvent, l'intrigue part sur des bases fortes, tant autour de l'enquête de Corrie Swanson que dans l'histoire réelle de cette expédition funeste. Par contre, les auteurs ont du mal à tenir la longueur, et certains rebondissements un peu arbitraire sont plutôt dignes d'un épisode de Scooby-Doo pour se conclure, toujours sans déflorer, sur un travail de déduction digne du détective de Baker Street (Sherlock Holmes, pas Scooby-Doo !). Un premier épisode qui bénéficie bien sûr de la prodigieuse science de la narration de nos deux auteurs qui en font les dignes équivalents des grands auteurs populaires. Et comme les lecteurs de k-libre sont toujours mieux informés que tout le monde, on glissera dans le creux de l'oreille que le prochain épisode sera bien meilleur...

Citation

Si Albuquerque faisait figure de trou du cul du monde, Farmington était son furoncle. Fasse le ciel qu'elle ne soit jamais nommée dans un patelin pareil, sinon elle risquait fort de braquer elle-même des banques pour échapper à la routine.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 26 novembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page