La Mort du Temple. 2, Corpus Christi

Il s'enfonce toujours plus loin, telle une ombre dans les rues sombres et muettes, plongeant encore davantage dans l'obscurité avant de disparaître tout à fait.
Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard - Austerlitz 10.5
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange déchu
Max Temple, célèbre psychologue spécialisé dans le démontage des théories complotistes, vient de mourir. ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 29 juillet

Contenu

Roman - Thriller

La Mort du Temple. 2, Corpus Christi

Religieux - Ésotérique - Complot MAJ mardi 15 décembre 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,95 €

Hervé Gagnon
Paris : Hugo, décembre 2020
386 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7556-8558-9

Retour sur le mystère des Templiers

Dans La Mort du Temple. 1, Secretum templi, le premier volet que nous avions chroniqué en son temps, le Temple vivait ses derniers jours. Tandis que les menaces autour de sa fin se faisaient de plus en plus pressantes, le chef de l'ordre tentait de transférer le trésor du Temple dans d'autres lieux. Hugues de Malemort, un Templier qui a beaucoup œuvré pour l'ordre, a été chargé d'un convoi, mais ce dernier a été attaqué. C'est pour lui surtout le début des nombreuses remises en cause car il apprend qu'un groupe secret à l'intérieur des Templiers maintient un lourd et ancien secret sur l'origine du Christ. Qui plus est, le groupe serait chargé de protéger une pierre précieuse, la pierre philosophale, qui comporterait certes des possibilités d'immortalité mais ferait basculer, pour simplifier, celui qui la possède du côté obscur de la force. Nous nous trouvons avec des "équipes" différentes qui cherchent à récupérer cette pierre avec bien entendu des motivations différentes - celle des Templiers hérétiques menés par Hugues de Malemort, celle du Pape qui a envoyé un mystérieux moine, celle du Roi de France, appuyée par ses sbires et les inquisiteurs du royaume, sans oublier un mystérieux Templier qui serait au courant et voudrait se l'approprier, n'hésitant pas à tuer semant des cadavres sur son passage. Pour l'instant, la pierre est sans doute entre les mains du mystérieux tueur, et Hugues de Malemort doit le retrouver avec l'aide de Gersande, une jeune alchimiste qui n'a pas froid aux yeux. Nous allons donc suivre les aventures de ce moine-soldat alors que commence justement les attaques physiques du Roi contre les Templiers. Pour la plupart des amateurs de ces romans historiques et ésotériques, le récit de Hervé Gagnon est au cœur d'un imaginaire qu'ils connaissent déjà. D'un côté, les tentatives de réécrire l'histoire des débuts du christianisme (ici, la connaissance des Templiers explicite les rumeurs et les accusations d'hérésie qui touchèrent ces mêmes Templiers) bien connus depuis la saga I.N.R.I. scénarisée par Didier Convard ou le Da Vinci Code écrit par Dan Brown. De l'autre les souvenirs d'avoir vu une version ou l'autre (ou d'en avoir entendu la mélancolie émue) des Rois maudits, de Maurice Druon. L'intrigue ajoute la façon dont Hugues de Malemort va peu à peu abandonner toutes ses illusions, et se transformer, découvrir la vie dans le monde après son passage par un ordre religieux et militaire. Le récit développe des description hautes en couleur, notamment des bas-fonds de Paris (il y a entre autres une scène avec des moines qui forment un cercle sodomite des plus drôles) ou les tortures infligées aux moines, et il y aura une conclusion, un peu amère - qui d'ailleurs fait aussi clin d'œil à Dan Brown. C'est une bonne aventure bien rythmée, qui n'apportera pas grand-chose au mythe des Templiers ou des origines du christianisme, mais qui prend le lecteur par la main et l'entraine dans des péripéties fortes et bienvenues, décrites avec métier et lui communiquant une joie, ce qui est déjà une bonne nouvelle dans nos périodes étranges.

Citation

Ils n'y ont trouvé qu'un cadavre enveloppé dans son linceul, déjà en train de se corrompre, reprit-elle. Somme toute, une fin banale et nauséabonde pour un être sans importance.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 15 décembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page