La Route coupée

Des flics qui avaient pris des balles, des heures de planque, des kilos de trop et des divorces au nom de la Maison, avant de venir s'échouer sur cette voie de garage.
Sophie Hénaff - Poulets grillés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 octobre

Contenu

Roman - Policier

La Route coupée

Huis-clos - Énigme - Vengeance MAJ lundi 25 janvier 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 14,95 €

Guillaume Desmurs
Grenoble : Glénat, janvier 2021
288 p. ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-344-03680-8
Coll. "Neige noire"

Coincés en plein air

Dans La Revanche des hauteurs, le premier roman de Guillaume Desmurs, nous faisions connaissance avec Marc-Antoine, un médecin généraliste venu prendre ses quartiers dans une station alpine. Nous assistions également à sa rencontre avec Alix, une jeune journaliste qui entendait révolutionner le monde journalistique mais dont le rédacteur en chef avait eu vite fait de rabattre les ambitions. Toutefois, la présence d'un criminel avait relancé sa carrière... Un peu de temps a passé, le fils du docteur, adolescent embrumé par les jeux vidéo est venu vivre avec son père ce qui déplait à l'ex-épouse qui s'inquiète un peu. Une nouvelle saison va commencer. Et elle va débuter très fort ! À peine les vacances commencent-elles qu'un convoi de fonds est victime d'un accident et que ses fonds disparaissent alors qu'une tempête exceptionnelle secoue la région bloquant tout le monde et provoquant de nombreuses peurs quant à des manques d'approvisionnement. Alix, qui veut en profiter pour débusquer les mystérieux cambrioleurs (pour elle ça ne fait aucun doute : ce n'est pas un accident mais un hold-up astucieusement monté), décide de relancer Marc-Antoine, car il l'avait bien aidé dans sa première enquête. En même temps, un mystérieux assassin commence à installer comme piquet de déneigement les cadavres qu'il fabrique de manière quasi industrielle. Devant le risque de panique, il faut intervenir sans alerter la population, ce qui devient de plus en plus compliqué. Peut-être, Alix va–t-elle trouver une aide inattendue en son rédacteur en chef, venu incognito dans la station, mais qui ne peut que réfléchir car il s'est cassé une jambe. Le brave docteur doit également composer avec son ex-femme, venue protéger son fils (à moins qu'elle n'ait d'autre idée derrière la tête)...
Dans ce genre très particulier des littératures policières qui mêle un huis-clos à l'ancienne et un brin d'humour (même si les crimes sont ici particulièrement horribles), on aura donc une journaliste qui fouille chez les suspects sans vergogne et va même leur voler leurs économies croyant que c'est l'argent du fourgon (qui n'en contenait finalement pas), un rédacteur en chef qui fait son film américain à lui tout seul (le héros blessé, mais qui cherche la vérité à travers les indices et monte une superbe histoire de vengeance liée à un accident des années plus tôt), un docteur détective en herbe qui est dépassé par un fils pénible et une ex-épouse aux envies de renouer évidentes. Chaque jour rajoute son lot de cadavres nus plantés comme des piquets de-ci de-là, des descriptions de touristes cherchant à fuir dans la neige et se perdant dans les montagnes et les vallées enneigées. Le récit de Guillaume Desmurs est enlevé, les portraits dressés avec humour, les scènes de crime en rajoutent dans l'effet comique, et quiconque a déjà séjourné dans une station de sport d'hiver, plus par besoin de faire lien avec sa famille que par grande passion sportive, ne peut que se réjouir de voir décrits les petits éléments de cette transhumance étrange. Bien entendu, le lecteur très attentif aura saisi assez rapidement qui se cache derrière le grand esprit criminel, mais le livre est mené avec assez de vivacité et de désinvolture, avec du rythme et de l'humour pour à fois être un petit polar rapide et cinglant, et une lecture plus qu'agréable dans un sous-genre où il est difficile de tenir un bon rythme.

Citation

Saloperie de neige. Soit y en a pas assez, soit y en a trop... soit elle tombe pas au bon moment. Le ciel était devenu fou en quelques minutes, vomissant ses flocons avec la générosité d'un jeune Anglais sortant d'une boite de nuit à trois heures du matin.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 25 janvier 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page