La Fille sur la Lune

Nous apprenions aussi les coutumes, les proverbes et l'Islam, afin de pouvoir passer pour des arabes et les tuer plus facilement.
Avner Mandelman - Le Testament de Jaffa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 07 décembre

Contenu

Roman - Thriller

La Fille sur la Lune

Fantastique - Vengeance - Terrorisme MAJ jeudi 04 février 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,9 €

Terry Goodkind
The Girl in the Moon - 2018
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean-Claude Mallé
Paris : Bragelonne, novembre 2019
476 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 979-10-281-0651-5
Coll. "Thriller"

Un don dangereux pour soi et les autres

Angela Constantine a un don étrange et particulier. Lorsqu'elle regarde quelqu'un dans les yeux, elle voit les crimes qu'il a commis et même tous les détails du meurtre. Elle croit que ce don est né d'une mutation car sa mère est une droguée qui a pourri son enfance et l'a prostituée contre un peu de poudre. Recueillie par ses grands-parents, elle a été préparée à se défendre et à contre-attaquer par son grand-père. Mais celui-ci et sa femme ont été tués avant d'achever sa formation. Depuis elle vivote en étant barmaid et coursière. En Israël, se trouve Jack Raines, un policier atypique puisqu'il connaît l'existence de nombreuses personnes ayant ce don. Mais il sait que certains criminels sont des super-prédateurs, vivant uniquement pour tuer, et qui durant leurs moments de calme, traquent les gens capables de les démasquer (ils ont une aptitude permettant de les détecter mentalement) pour les tuer, eux et leur famille (car le don est souvent génétique). Aujourd'hui, alors qu'il protège un détecteur humain qui se promène dans les rues pour repérer d'éventuels terroristes, un homme essaie de se faire exploser. C'est en fait un piège et Cassiel, un super-prédateur, le tue avant de disparaître. Bizarrement le terroriste n'est pas palestinien, mais a des papiers mexicains (comme quoi le basané est interchangeables...). En fait, il s'agit d'un gigantesque complot organisé par l'Iran. Ils ont déplacé des enfants iraniens au Mexique pour les former comme terroristes invisibles. Et ils se préparent à assembler deux bombes atomiques qu'ils poseront à New York et Washington. Cassiel est l'un de leurs hommes à tout faire. Ils introduisent les dernières pièces de manière discrète en utilisant différents relais de coursiers. Le dernier sera liquidé par les terroristes destinataires. Bien entendu, le dernier coursier est une coursière, et c'est Angela Constantine. Les quatre terroristes la violent et la laissent pour morte, mais elle s'en sort et Jack arrive juste à ce moment-là pour l'aider à comprendre tout le plan diabolique qu'elle parviendra à faire échouer, en s'occupant en passant de Cassiel qui est, bien entendu, l'assassin de ses grands-parents.
Le roman est rapide, sautant sans arrêt d'une action à une autre. Si l'on accepte l'élément un peu fantastique du départ (Terry Goodkind, décédé en 2020, était surtout connu pour écrire de la fantasy), et le fait que des gens multi-torturés et violés se relèvent pour aller se venger et que grâce à leurs dons et divers entrainements ils viennent à bout d'une armée de terroristes, plus stupides que performants (comme ils passent leur temps à prier, forcément ils posent leurs armes même quand ils sont sentinelles). Derrière l'histoire, il y a également une série de règlements de compte avec les autorités politiques qui préfèrent laisser en liberté des terroristes violeurs que d'être accusées de racisme et qui sont les véritables alliés des méchants, face à Jack Raines, obligé de démissionner pour continuer son œuvre. Si l'on accepte ces prémices, comme dans un film avec Chuck Norris, Van Damme ou Diesel, et que la description de scènes sadiques et violentes sans recul n'effraie pas, La Fille sur la Lune comblera vos attentes...

Citation

Sans perdre une seconde, elle leva son arme - si lentement, eut-elle l'impression, qu'on aurait pu la croire filmée au ralenti dans un mauvais thriller.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 04 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page