Rendez-vous à Gibraltar

Une détonation résonna tout à coup. Puis une seconde. Se pouvait-il que la police soit véritablement entrée dans les tunnels ? Merde, il avait peut-être sous-estimé les talents de super-flic de Kazian !
Gwenael Le Guellec - Armorican psycho
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 octobre

Contenu

Roman - Policier

Rendez-vous à Gibraltar

Drogue - Assassinat - Cavale MAJ lundi 08 février 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Peter May
A Silent Death - 2020
Traduit de l'anglais (Écosse) par Ariane Bataille
Rodez : Le Rouergue, mai 2020
384 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-2045-4
Coll. "Noir"

Poursuivre avec obstination

Cristina Sanchez Pradell est une jeune policière espagnole qui est appelée un soir pour une alarme dans une villa de riches. Lorsqu'elle arrive, elle se trouve nez à nez avec un homme. C'est alors qu'elle entend un bruit soudain derrière eux. L'homme se retourne et tire sur une femme. Dans les faits, il s'agit du propriétaire de la villa revenu en oubliant de débrancher l'alarme et qui dans la panique a abattu sa propre femme... Mais l'affaire se complique encore quelques heures plus tard lorsqu'on découvre que ce riche monsieur vivait sous un faux nom et était recherché par la police anglaise pour des crimes divers dans son pays. Tandis que l'homme hurle qu'il va se venger de Cristina Sanchez Pradell, qu'il estime être responsable de la mort de sa femme (et du bébé qu'elle portait), John McKenzie, un policier britannique est envoyé à Malaga pour récupérer le prisonnier et le ramener en Grande-Bretagne. Mais c'est compter sans des complices qui libèrent violemment l'homme. Ce dernier n'entend pas quitter la région car une énorme affaire l'attend, un marché de la drogue qui le rendra riche à jamais et lui permettant se cacher où il veut. D'autre part, il tient absolument à se venger de Cristina Sanchez Pradell. Sa tante aveugle pourrait être un bon appât. Et John McKenzie traîne dans le coin car il sait qu'il pourra peut-être mettre la main sur l'homme qu'il recherche.
Peter May a, à présent, une œuvre impressionnante derrière lui. Cet Écossais aime bien mettre en scène des personnages britanniques dans des décors étrangers. C'est le cas ici avec son flic, atrabilaire et sans concession, qui doit descendre dans le sud de l'Espagne (il y aura même une escapade au final du côté du rocher de Gibraltar - d'où le titre français du roman) pour une mission de routine, et va se trouver embarqué dans une suite de violences. Le roman joue sur le suspense, rendu encore plus rude par le rôle que joue une aveugle dans l'histoire. Le criminel, même s'il est capable de bontés, est un psychopathe hyper dangereux et particulièrement bien entouré (les dernières pages réservent même quelques surprises sur ses complices). Face à lui il a deux personnages de flics différents. D'un côté Cristina Sanchez Pradell qui entre dans une nasse de plus en plus étroite et dont elle ne peut sortir, et de l'autre John McKenzie, pour qui c'est aussi l'occasion de réfléchir, par-delà ce qui arrive en Espagne, à sa vie familiale au Royaule-Uni. Comme on le voit le roman de Peter May est de facture classique, et la crise policière est aussi l'occasion d'une introspection individuelle, de manière là aussi classique. L'ensemble est construit avec soin, les décors et les personnages sont dressés avec finesse et l'on ne s'embête pas une seconde, car Peter May connait son métier et le pratique de manière artisanale, avec efficacité et sens de l'esthétique. C'est du bel ouvrage qui garde sa patine et vieillit (sans doute) bien, trouvant sa place dans toute bonne bibliothèque.

Citation

Paralysée par la peur, elle hésite sur le pas de la porte, intensément consciente d'une présence juste en dehors de son champ de vision. Rien, pendant ses années d'entrainement et de service, ne l'a préparée à une telle situation.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 08 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page