Intouchable

Son mari n'était pas différent de la plupart des personnes qu'elle avait pu connaître : sérieux et honorable dans ses actions, mais en réalité rongé par les instincts réprimés, la colère, la haine et la violence.
Carlene Thompson - Jusqu'à la fin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Intouchable

Psychologique - Assassinat - Faits divers MAJ jeudi 11 février 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Jean-Chistophe Portes
Montesson : City, février 2021
244 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8246-1813-5
Coll. "Thriller"

S.O.S. médecin

Anne devrait nager dans le bonheur d'être grand-mère depuis quelques heures à peine. Seulement voilà, dans les couloirs de l'hôpital où vient d'accoucher sa belle-fille, elle croise une tête connue, celle du docteur Simon Bonnamy, toujours en activité. Bonnamy, le supérieur hiérarchique et l'ex de sa fille Manon, morte dix ans plus tôt de ce qui est passé pour un suicide. Cependant, Anne sait que Manon avait peur de quelque chose. Bonnamy l'a t'il poussée au suicide, ou l'a t'il tuée lui-même ? Depuis, cette mort a changé Anne, a brisé son mariage, l'a brisée elle. Mais sa rencontre avec Catherine, une ancienne infirmière au service de Bonnamy, change tout : cette dernière affirme que le respecté docteur a tué au moins par trois fois dans la clinique où il officiait. Trois personnes âgées dont personne ne s'est inquiété de la disparition. N'ayant plus rien à perdre, Anne va se lancer en quête de la vérité...
Encore un roman qui risque de nuire de sa présentation, qui donne à penser à un thriller industriel plein de bruit et de fureur alors que l'auteur, Jean-Christophe Portes, plus connu pour ses romans historiques, préfère la petite musique psychologique. Il y ajoute même un côté années 1970 pas déplaisant, l'ère des Brice Pelman ou des Georges-Jean Arnaud à travers ce qui pourrait être la dissection d'un fait divers comme il y en a tant. Pour ceux qui aiment puiser la substantifique moelle des romans, si l'auteur a l'intelligence de ne pas mâcher le travail au lecteur, on peut s'interroger sur l'ambiguïté de cette narratrice qui abandonne le peu de famille qui lui reste, à laquelle elle ne semble guère tenir, au profit d'une quête obsessionnelle et destructrice... Contrairement à ce qu'annonce la quatrième de couverture, il n'y a pas vraiment d'ambiguïté : le lecteur partage les pensées du docteur mégalomane et découvre peu à peu ses méfaits (encore une fois, si on prend au pied de la lettre ses délires rédigés à la première personne !), et ce qui l'a créé jusqu'à une conclusion glaçante et d'une logique implacable. Le tout servi par une langue sans gros effets, mais à la narration vivante, précise et limpide où passe la faconde du véritable auteur populaire (au sens noble du terme). Une réussite.

Citation

Au téléphone, une dame douce et polie refuse de me donner un nom. Elle me dit qu'elle note et qu'elle transmet. Et je comprends avec une atroce amertume qu'ils sont débordés d'appels, que tous les cinglés, tous les paranos, tous les complotistes de France et de Navarre appellent aussi, et que mon affaire, ma pauvre Manon, est noyée dans ce fatras d'homicides non résolus, de rancœur, de sottise et de terreur ancestrale de la mort.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 11 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page