L'Art de la fuite est un secret

Votre crâne vous dira peut-être encore des choses sur l'individu, mais la meilleure preuve que vous pourrez apporter sera peut-être bien celle de ces arbres dont seuls les samis faisaient une telle utilisation.
Olivier Truc - La Montagne rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 mai

Contenu

Roman - Noir

L'Art de la fuite est un secret

Social - Road Movie - Crépusculaire MAJ jeudi 04 mars 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Gilles Vidal
Rives-en-Seine : La Déviation, mars 2021
110 p. ; 20 x 12 cm
ISBN 979-10-96373-36-9

Portraits de fuites

Nous connaissions l'art de la fugue, qui relève plutôt du domaine musical. Il est donc logique qu'un roman qui évoque la peinture (notons que Gilles Vidal est également peintre) se réfère plus aux lignes de fuite, ces traits qui permettent de définir l'horizon et la perspective. En effet, il sera aussi question de peinture dans ce court ouvrage. Le narrateur est peintre, même si on ne le verra que très peu, et pour cause, au travail. Lors de ses déplacements, il se trouvera confronté à une série impressionnante de tableaux dans un château qui ressemble à un musée surchargé de toiles. Enfin, il aura entre les mains une palette qui aurait peut-être appartenu à Utrillo (ce qui d'ailleurs ne lui fera ni chaud ni froid). Quant au roman, il joue sur le mot fuite dans son sens premier. Poussé par une impression qu'il s'explique peu, le narrateur fuit un danger. Il prend un train au hasard, un train où il rencontre une femme qui, elle aussi, fuit. Mais dans son cas, c'est un danger plus précis, plus réel, et qui revient régulièrement dans l'actualité ces derniers mois, ou dernières années, celui de la violence conjugale. Fuyant donc un mari violent, elle emmène avec elle le peintre qu'elle vient de croiser d'abord dans sa famille, puis dans un château, puis près de la mer.
Gilles Vidal se livre ici à un exercice qui devient familier chez lui : un récit court, poétique, jouant des thèmes du roman noir (ici, fuir un ennemi et comment se cacher, se protéger) pour écrire ce qui lui plait, en toute liberté. Ce récit ressemble parfois plus à un rêve qu'à un polar pur et dur (même s'il y aura de la violence et un cadavre dont il faudra bien se débarrasser). En effet, il s'ouvre par une impulsion : je suis en danger, donc je dois fuir, mais on ne saura pas si ce danger est réel, si le personnage fantasme, s'il est fou, ou si, comme dans des récits anciens, cette mise en marge n'est que le symbole d'un appel à vivre autrement, à s'initier à un nouvel ordre du songe (comme le fut Nadja d'André Breton ou les films de Jean Cocteau, où le réel devient autre chose, un autre univers finalement plus "vrai", plus réaliste que celui dans lequel nous vivons). En tout cas, ce sera une folie douce, rêveuse, nervalienne peut-être, où nous allons suivre par petites touches la course vers la mer de deux personnages que le destin a rassemblé. Servi par une écriture classique, qui renforce le côté onirique de l'histoire, peuplé de rôles secondaires et de décors qui incitent à s'arrêter, à souffler et à regarder le monde autrement, L'Art de la fuite est un secret se situe dans la lignée des derniers textes de l'auteur. Gilles Vidal maitrise son écriture, il n'a plus grand-chose à prouver, et n'a qu'à nous susurrer à l'oreille, de manière à ce que cela reste ancré en nous, des histoires qui lui plaisent et nous transportent – aussi facilement que ses personnages se déplacent et s'évanouissent vers leur le but de leur fuite, à supposer que cette fuite, comme les lignes du même nom, ne soient sans fin et courent jusqu'à l'horizon.

Citation

Un froid de gueux transperçait mon blouson trop mince, le ciel ferreux était prêt à dégorger ses rancœurs et je priais pour qu'il m'épargnât jusqu'à ma destination car la capuche qui agrémentait ledit blouson n'avait d'imperméable que le nom.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 12 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page