Ceci n'est pas mon corps

Deux semaines, deux longues et interminables semaines que je me terre au Havre. Je mate par la fenêtre et me demande bien ce qu'il m'a pris d'accepter ce remplacement. Faut vraiment que je sois con parfois, j'en avais un autre possible du côté de Menton. Le sud, une terrasse au soleil, un bouquin entre les mains, une poignée de noix de cajou et une bonne bière bien fraîche, du genre Gouden Carolus Tripel par exemple. Mais l'idée d'inviter Élisa pour un week-end sur Étretat, envie de siffloter 'Le gentleman cambrioleur' de Dutronc dans la patrie d'Arsène Lupin au bras de la belle... On a beau être un ancien légionnaire, jouer du poing et du calibre, on peut être romantique, merde !
Stanislas Pétrosky - Un havre de paix
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 mai

Contenu

Roman - Noir

Ceci n'est pas mon corps

Enquête littéraire - Complot - Escroquerie MAJ mercredi 10 mars 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

Enguerrand Guépy
Monaco : Le Rocher, mars 2021
204 p. ; 17 x 14 cm
ISBN 978-2-268-10507-9

James Cain revisité

Yves Dindonneau est un cadre dynamique (dans le domaine des assurances) parmi les meilleurs de sa profession. Un jour, sur les conseils de sa femme, il lit Assurance sur la mort, et c'est ainsi que surgit l'idée de commettre le même délit : ouvrir des assurances décès au nom de sa femme, faire semblant de mourir et récupérer le magot pour vivre une vie tranquille. Sa femme trouve l'idée intéressante, et le couple s'associe à Crouard, qui devient donc complice du forfait à venir. Ensemble, ils prospectent et débusquent un clochard qui devrait permettre de réaliser l'escroquerie criminelle. Ils inviteront le clochard, ils l'emmèneront sur les routes de France, ils simuleront un accident où le corps brûlera. Crouard témoignera en tant que passager, et quand la belle Cécile touchera le magot des assurances, il suffira de partir au soleil couler des jours heureux. Mais tout ne se passera pas comme prévu.
S'appuyant sur un faits divers, le roman d'Enguerrand Guépy est décalé. En effet, il ne va pas jouer sur les aspects polars ou noirs de l'intrigue, mais sur une sorte d'ironie douce-amère. L'essentiel de l'histoire est vu par l'agent d'assurance qui tente d'escroquer les compagnies. Il est tellement dans son atmosphère particulière que la mort du clochard se passe comme dans un rêve sans beaucoup de pathos, comme un événement nécessaire et un passage obligé. La dernière partie où il s'oppose aux compagnies qui renâclent à payer renouvelle sa mauvaise foi. L'ensemble du roman fonctionne avec ce côté ironique que l'on retrouve régulièrement aux éditions du Rocher, plus tourné vers le côté littéraire de la chose que par ses aspects policiers ou noirs. Ceci n'est pas mon corps pourra donc intéresser les amateurs ouverts qui veulent saisir, un peu à la manière des textes sur Jean-Claude Romand ou les derniers travaux d'écriture de Philippe Jaenada (mais sans atteindre sans doute la densité de ce dernier), la vie d'un tueur ordinaire, dans sa vie quotidienne et mesquine, et ses complices eux aussi sans grandeur particulière. Les autres peuvent se dispenser.

Citation

Tout en lui est immonde. L'odeur notamment, dont il était préservé en raison de l'imposant nuage de fumée qui s'était formé au-dessus du zinc.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 17 février 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page