ADhaiNe

Nous voilà bien avec ces Russes ! Un meurtre à élucider et un vol à organiser !
Jean-François Parot - L'Enquête russe
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 mai

Contenu

Roman - Thriller

ADhaiNe

Énigme - Vengeance - Scientifique MAJ jeudi 11 mars 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Alexandre Maubert
Paris : Publishroom Factory, décembre 2020
292 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 979-1-02-361771-9

Gènes toniques

Ethan Miller, commandant de police de Lausanne ayant pour double caractéristique d'être homosexuel et atteint d'une maladie orpheline qui le prive de toute pilosité, et sa collègue au verbe fleuri Marie Lefèvre sont sur les dents : on a assassiné Paul Deschamps, un généticien renommé, dans sa chambre d'hôtel de Montreux. D'après l'état du corps, la victime ne s'est pas laissée faire, ce qui signifie que l'ADN devrait confondre le coupable. L'analyse mène aux cinq enfants quintuplés du couple Deschamps. Tous ont un alibi, sauf Alexis, un drogué lunaire. Mais alors que l'enquête piétine, les enfants Deschamps sont assassinés un par un à leur tour, ce qui limite le nombre de suspects... Sauf que tous ont un solide alibi ! Miller découvre que les Deschamps ont été endeuillés par la perte de leur premier enfant. Or la naissance des quintuplés correspond au moment où le couple de savants était à l'apogée de ses recherches sur le clonage, ayant participé aux travaux sur la fameuse Dolly. Auraient-ils commis l'impensable ? Et qui peut être cet assassin si aucun des quintuplés n'est coupable ?
On finit par se méfier des petits génies auto-édités, dont le talent est généralement inversement proportionnel avec la haute opinion qu'ils en ont, leur chef d'œuvre devant forcément leur apporter la renommée de Victor Hugo et le portefeuille de J.K. Rowling. Et là, nul doute qu'un travail éditorial digne de ce nom aurait arrondi quelques angles, comme des changements abrupts et non annoncés de narrateurs. Pourtant, l'intrigue n'est pas plus mauvaise qu'une autre, et si un rebondissement implique une certaine suspension de crédibilité, on a vu largement pire. On aurait aussi coupé des considérations inutiles sur l'histoire des personnages et des réflexions parfois proches du café du commerce – et un titre pas vraiment heureux. On passera aussi sur le triomphalisme d'annoncer un "polar musical" entrecoupé de chansons, la plupart par l'auteur lui-même : les playlists de fin de volume sont désormais monnaie courante, et l'estimable Jean-Marc Ligny ne faisait pas autrement dès les années 1990. Reste quelques passages bien sentis et, en-dehors de ces défauts, une certaine science de la narration qui donne à penser qu'Alexandre Maubert pourrait un jour sortir de l'auto-édition. Car l'écriture, c'est comme chaque chose en ce bas-monde : ça se travaille...

Citation

Je me sentais investi d'une mission en devenant policier. Je croyais pouvoir changer le monde. J'étais intimement convaincu que j'allais apprendre à mieux connaître les autres, à mieux me connaître. Mais aujourd'hui, je ne suis plus sûr de rien.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 11 mars 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page