Gadjo Farel

Il lui tend la feuille et Vesna la saisit en tremblant comme si elle prenait dans ses mains l'ostensoir sur le tabernacle. Elle contemple ce bout de papier couvert de l'écriture de Mate comme s'il s'agissait de la preuve tangible, indiscutable du fait que Silva est vivante. Elle s'assoit, terrassée par l'émotion.
Jurica Pavicic - L'Eau rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 octobre

Contenu

Roman - Policier

Gadjo Farel

Politique - Terrorisme - Gang MAJ lundi 15 mars 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

André Blanc
Paris : Jigal, février 2021
310 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37722-125-7
Coll. "Polar"

Des morts sans temps mort

Le commandant Farel est le chef d'une unité de police à Lyon. Il aime l'action, est prêt à payer de sa personne, et mène ses enquêtes de façon militaire lorsque le besoin s'en fait sentir. Et aujourd'hui, le besoin s'en fait sentir. Pourtant dans le roman d'André Blanc tout avait commencé à "l'ancienne" avec Joseph Kaiser un industriel lyonnais, d'origine manouche, qui va recevoir la légion d'honneur remise par son "ami", un ministre influent. Mais l'émotion est trop forte et il meurt d'une crise cardiaque. Le médecin vérifie et découvre qu'un petit malin a piraté le pacemaker du défunt le condamnant ainsi à mort. Qui peut être coupable ? Tandis que les héritiers se regardent d'un mauvais l'œil, d'autres manouches entrent en jeu. Le vieil industriel cachait bien des secrets. Pourquoi a-t-on détourné ses wagons de ferraille ? Et pourquoi a-t-on liquidé son bras droit justement dans un wagon auquel on a mis le feu ? Alors que Farel enquête, il reçoit des signaux d'un ancien compagnon d'arme en Afrique. Ce dernier a gagné les cellules secrètes de l'Intérieur et il surveille certains des protagonistes du drame. Il a particulièrement en ligne de mire le ministre qui prévoit un séisme de grande ampleur dont lui et son groupe politique, charnière obligatoire de tout gouvernement, profiterait. Quel est le lien entre des trafics d'or de Joseph Kaiser et de son fils, et des attentats terroristes qui pourraient causer de grands dégâts dans tout le sud-est de la France ?
Voilà, juste un petit condensé du début du roman d'André Blanc qui nous entraine tambour battant entre mafia manouche, gangsters de l'Est, policiers incorruptibles qui se font attaquer au camion de travaux publics, explosions et tirs en cascade. Mais toute cette violence n'est pas gratuite. Elle est le fruit logique d'un enchaînement criminel où "petites affaires" mafieuses se conjuguent avec des réseaux qui entendent renverser l'ordre ou du moins, tenter un "coup d'État" discret. Gadjo Farel est un roman trépidant, fort et âpre, construit comme ses personnages sur une intrigue solide et charpentée, n'hésitant pas à décrire l'horreur ou la tragédie. Le personnage central de Farel est dessiné avec soin, mais une grande attention est accordée, à travers des chapitres les concernant, aux autres personnages qui ne sont pas que des faire-valoir mais acquièrent une présence forte au sein d'un bon ouvrage.

Citation

Le ministre se redressa à grand-peine et à genoux tenta de se défaire de ces mains qui ne le lâchaient plus. Un pompier de service, radio à l'oreille, traversa la foule, faisant signe à deux policiers d'écarter ces spectateurs sans pudeur, voyeurs morbides qui regardaient mourir un homme.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 15 mars 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page