Apaches

Maintenant, Kinley savait pourquoi Overton s'était effondré à la première accusation et s'était finalement traîné à travers la pièce jusqu'à la chaise électrique qui l'attendait, comme une mère, les bras tendus.
Thomas H. Cook - La Preuve de sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Cemetary Road
Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dyna...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 22 juin

Contenu

Roman - Policier

Apaches

Politique - Historique - Assassinat MAJ lundi 29 mars 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Éric Dupuis
Toulon : Presses du Midi, décembre 2020
256 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-8127-1201-2
Coll. "L'Anonyme d'Anvers", 4

Prémices de la guerre

Nous sommes en France en 1912. Pour l'instant, on ne pense pas encore à la Guerre mondiale qui pourtant se prépare en coulisses, mais la population est effrayée par les aventures sanglantes de la Bande à Bonnot. Cette dernière est poursuivie par les polices de France, et notamment par l'équipe de l'inspecteur-chef Mortelecq, qui continue son travail malgré la disparition tragique de sa femme dans l'incendie du Bazar de la Charité. En parallèle, les forces de police doivent aussi s'occuper des bandes d'apaches qui ont mis la ville en coupe réglée. Et une autre affaire préoccupe la police, celle de la découverte de cadavres de jeunes gens, qui ont été comme déchiquetés. Et enfin, en filigrane des enquêtes policières, nous allons suivre les péripéties d'Éléonore, la fille de Mortelecq, journaliste débutante qui veut réussir dans le rubrique "faits divers" à créer la sensation et à se faire un nom dans un milieu journalistique encore machiste. Elle vit avec son amoureux, un jeune homme qui travaille à la morgue, ce qui lui permet d'avoir quelques informations nécessaires mais pas suffisantes. En s'interrogeant sur les cadavres suspects, elle découvre que toutes les affaires dont nous venons de parler ont des liens entre elles, et pour en savoir plus elle se déguise alors en apache et hante les bas-fonds. Mais à force de regarder dans l'abime pour y chercher des monstres, ne risque-t-on pas de devenir soi-même un monstre ?
En s'appuyant sur une collection qui présente différentes périodes historiques, à mi-chemin entre policier et fantastique, par l'intermédiaire d'un "personnage secondaire", l'Anonyme d'Anvers, qui en aidant les forces de police et la journaliste, permet d'éclaircir des points obscurs, cette série qui prend son temps pour s'installer nous offre des romans divers et de qualité. Dans ce quatrième volet, l'auteur reconstitué avec soin le foisonnement de cette période d'avant-guerre entre anarchistes, petites frappes, forts des abattoirs souvent liés à l'extrême droite, montée du féminisme. Même si le roman n'en a pas l'envergure en terme de pagination, il est également de cette époque par sa tendance au roman-feuilleton : éclatement de l'intrigue entre différents protagonistes, goût du tragique (avec la mère décédée dans l'incendie, les prémices de la guerre avec des expériences de "savants fous", avec des personnages qui oublient ce qu'ils ont fait mais se retrouvent avec des vêtements ensanglantés, avec un policier qui est obligé de surveiller sa fille peut-être coupable de meurtres, avec des luttes entre anarchistes). Éric Dupuis reconstitue la période historique avec soin et en montre bien les enjeux. Les décors des bouges avec des apaches, des milieux journalistiques, de la police et des chercheurs sont des focus menés avec intelligence et clarté. L'intrigue n'hésite d'ailleurs pas à ne pas sacrifier au happy end, et nous montre comment cette violence des abattoirs, des apaches, des gouvernements et des anarchistes est peut-être aussi un prélude à la grande guerre civile européenne qui va suivre. Voilà donc une série qui pour l'instant ne nous offre que de bons romans noirs :!

Citation

La lame de 22 sectionna ses carotides d'un seul trait, transformant la base de son cour en un sourire ravageur. Sa nouvelle bouche se mit à vomir des coulées de sang par saccades.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 29 mars 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page