Pas de pissenlits pour le cadavre

Quelque part sous la surface gisait Rizzio, le malheureux secrétaire de Marie Stuart, accompagné, selon toute probabilité, d'une demi-douzaine d'autres personnes, assassins et victimes confondus.
Eva-Marie Liffner - Le Rêveur et la peine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange déchu
Max Temple, célèbre psychologue spécialisé dans le démontage des théories complotistes, vient de mourir. ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 04 août

Contenu

Roman - Policier

Pas de pissenlits pour le cadavre

Social - Énigme - Cosy crime MAJ mercredi 07 avril 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Andrea H. Japp
Paris : Pygmalion, avril 2021
320 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7564-3259-5
Coll. "Policiers"

Cadavre aux fleurs avec son coulis de sang

Chloé est dentiste, mais elle n'aime pas trop son métier. Aussi, quand son amie Louise lui propose de l'aider à mi-temps dans son magasin de fleuriste, elle n'hésite pas une seule seconde. Elle s'occupera de quelques clients sympathiques le matin et coupera des fleurs l'après-midi. Avec l'aide d'un beau vendeur, voilà donc les deux amies dans leur boutique. Pour Louise qui vient de divorcer sans trop savoir pourquoi d'un mari qu'elle aime encore et qui l'aime encore, c'est un renouveau fleuri qui lui permet de réfléchir, de gagner sa vie et de continuer à bichonner son chien. Lorsqu'un matin, elles découvrent un cadavre dans leurs fleurs, et que ce malappris n'est autre que le pharmacien du bout de la rue, elles sont plus que surprises. Une surprise qui augmente quand leur employé n'arrive pas et que l'on s'aperçoit qu'il a donné une fausse adresse et une fausse identité. Serait-il derrière cet encombrant corps ?
Il y a bien un cadavre, il y a bien des trafics divers et variés, il y a même des serpents comme gardes du corps, il y a des policiers qui n'auraient rien contre une petite aventure avec un témoin, une vieille dame qui en sait beaucoup, et une vengeance familiale. Tout ce qu'il faut pour écrire un roman noir, mais Andrea H. Japp a décidé d'écrire autre chose. Le texte ressemble plus à une bluette, à une série policière un peu molle des chaines de télévision dans la veine actuelle du cosy crime. On a un sourire avec les démêlés de la dentiste et de ses clients, de la peur provoquée par les serpents, possession d'un frère un peu allumé, et des retours de flamme d'un couple divorcé, mais cela crée un roman policier comme l'on pourrait en lire dans les magazines (justement) chez le dentiste, avec beaucoup de fanfreluches, de remarques sur l'immensité des sacs à main de femmes, sur l'amour et le couple, avec beaucoup de rose et un peu d'humour que le lecteur appréciera (ou non), notamment dans les titres de chapitres qui sont des citations d'auteurs que Andrea H. Japp commente. Du coup Pas de pissenlits pour le cadavre est un Livre Policier Non Identifié qui pourrait plaire à des lectrices qui ne lisent pas de romans policiers mais des romans légers avec étude de mœurs approchée avec une désinvolture agréable.

Citation

Chloé Thierry, bientôt trente et un ans, chevelure brune frisée, yeux bleus, menue, était célibataire. Si elle regrettait cet état, sans en souffrir, force était d'admettre que son caractère, on va dire 'affirmé', n'incitait pas le prétendant à s'incruster au-delà de quelques nuits.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 07 avril 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page