La Villa des ténèbres

Les violents. Ils ont tendance à être sentimentaux. Ça doit être un substitut de compassion. Une sorte d'ersatz de vrais sentiments. J'ai lu quelque part que les nazis de haut rang pleuraient en écoutant Wagner.
Trevanian - L'Expert
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange déchu
Max Temple, célèbre psychologue spécialisé dans le démontage des théories complotistes, vient de mourir. ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 02 août

Contenu

Roman - Noir

La Villa des ténèbres

Psychologique - Social - Huis-clos MAJ mardi 13 avril 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,5 €

William Burch
Nice : Vérone, janvier 2021
172 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 979-1-0284-1326-2

Les putrides d'Orléans

La famille Devrigny est l'une des influentes d'Orléans, cette ville de province française. Ses liens avec le monde judiciaire, économique et politique locale, voire nationale, sont connus et la famille a pignon sur rue. Aussi, quand Sylvie Gobelin, la fille de la famille, vient à la police pour s'accuser d'avoir empoisonné, avec l'aide de son frère, le père en fin de vie, ça provoque des remous. Tout devient compliqué aussi pour le frère, qui entre sa maîtresse un peu accapareuse et ses ambitions de devenir député aux prochaines élections législatives, a d'autres chats à fouetter que de se défendre contre de telles accusations et contre la juge d'instruction, l'ambitieuse et têtue Cécile Wolff. En même temps, entre des accusations et des chantages contre ce fils pour d'autres affaires, et la volonté tenace de la fille de se venger de sa famille, le frère et la mère, matriarche du clan, font jouer leurs relations pour stopper toutes ces histoires bien nauséabondes.
Le roman de William Burch est court. Centré au départ sur la fille de la famille Devrigny, Sylvie Gobelin, il devient une évocation de cette même famille et des luttes de pouvoir, autant justement à l'intérieur du noyau familial que dans les milieux judiciaires. Ce qui est surtout montré, voire démontré, c'est la puissance de feu de la notabilité, le poids des traditions et des liens discrets qui font le charme (vénéneux) de la bourgeoisie. À travers une intrigue qui évolue et se métamorphose au gré des péripéties de cette vengeance intrafamiliale, et porté par un regard noir qui va jusqu'à construire un unhappy end réaliste et cruel, La Villa des ténèbres est un court récit âpre et sombre dans l'exacte lignée du genre.

Citation

Elle avait la charge de l'accusation, mais requérir n'empêche pas de réfléchir, se répétait-elle. Ses collègues s'énervaient. La jeune femme se donnait trop d'importance.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 13 avril 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page