Les Jardins d'hiver

Mais madame, ce ne sont quand même pas vos voix qui vous demandent de voler des chaussettes, si ?
Maître Mô - Au guet-apens, chroniques de la justice pénale ordinaire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 mai

Contenu

Roman - Noir

Les Jardins d'hiver

Politique - Social - Enquête littéraire MAJ mardi 20 avril 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Michel Moatti
Paris : HC, octobre 2020
286 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-35720-548-2

La dictature n'est pas un dîner de gala

Nous sommes à Buenos Aires en 1979. Mathieu Ermine est un expatrié qui travaille pour les services culturels français en Argentine. Un jour, en effectuant une sortie en voiture, il aperçoit au bord de la route un homme qui a l'air blessé. Il s'arrête, le prend en charge et le ramène chez lui. Cet homme, c'est Jorge Neuman, un instituteur qui a écrit un livre lié au réalisme fantastique de Jorge Luis Borges ou de Julio Cortázar, et est même connu dans son pays. Il vient d'être libéré, sans savoir pourquoi, d'un centre de tortures où il avait été emmené avec sa femme. De fait, même s'il était un peu lié à des réseaux de la gauche argentine, c'est surtout parce qu'il avait cherché à retrouver sa fille, arrêtée lors d'une répression d'une manifestation et disparue depuis, qu'il avait été interpelé. Les deux hommes discutent un peu, et cela permet au jeune Français, assez ignorant des réalités politiques, de comprendre toute l'horreur de la dictature argentine. Il est même assez effrayé pour se décider à regagner la France. Avant de partir, Neuman lui confie qu'il va se rendre sur une île excentrée où les militaires pratiquent une torture intensive, qu'il espère y rencontrer Vidal, le responsable de la mort de sa femme, et peut-être de sa fille. Enfin, il lui donne des documents, les derniers textes qu'il a écrits, à mi-chemin entre l'essai et l'autobiographie. Arrivé en France, Mathieu Ermine va écrire une thèse sur Neuman en s'appuyant sur les écrits qu'il a gardés et devenir un spécialiste de son œuvre courte, et par-delà des disparus de la junte argentine.
Les Jardins d'hiver n'est pas un roman policier au sens classique du terme, ni même un roman noir. C'est un récit qui alterne le passé et le présent, le narrateur racontant sa recherche actuelle avec quelques informations de Vidal qui, à la fin de la dictature, s'est caché en France. Cela met surtout en scène son statut étrange, celui d'une forme d'imposture où il se sert de la gloire littéraire, du passé désespéré de Neuman pour construire sa propre carrière. Dans ses textes, il inventera même des situations ou des événements afin de rendre un peu plus glorieuse la "résistance" de Neuman qui, certes, a été enlevé et torturé, mais n'a pas été un "héros" révolutionnaire ou démocratique, plus un homme dépassé par les événements. Au moment où certains émettent des doutes sur la future Coupe du monde au Qatar, rappelons que l'Argentine organisa la Coupe du monde dans des stades qui venaient de servir de camps de détention et de torture, et que les arrestations furent à un moment facilitées parce que tous étaient devant leur poste de télévision. Le roman de Michel Moatti permet de ne pas oublier cette époque terrible.

Citation

Sa mort était possible. Probable. Mais pas certaine. On a dit qu'il avait été arrêté par la police militaire. Qu'il avait été abattu dans une de ces iles de la frontière uruguayenne, ou dans un coin désert des faubourgs de Buenos Aires ou de La Plata. D'autres ont affirmé qu'il avait été trahi par un de ses compagnons. On a aussi raconté qu'il avait été jeté vivant d'un avion.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 20 avril 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page