Rendors-toi, tout va bien

Chacun a dans sa vie au moins une nuit qu'il a envie de poser sur une pelle pour aller l'enfouir au fond d'un trou dans les bois avant de la recouvrir sous une tonne de terre. Et ensuite, pour faire bonne mesure, incendier les bois.
James Lee Burke - Purple Cane Road
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 juin

Contenu

Roman - Policier

Rendors-toi, tout va bien

Enquête littéraire - Assassinat - Faits divers MAJ lundi 05 juillet 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Expirer de la réalité

Comme avec précédemment Les Monstres, de Charles Roux, votre humble chroniqueur voit mal comment il peut céder au rituel bref mais toujours émouvant du résumé avec un roman qui se compose majoritairement des "flots de conscience" chers à James Joyce. L'histoire pose bien un récit : d'abord une femme, Chrystelle, qui a un accident de voiture alors qu'elle fuyait Dieu sait quoi, ensuite son mari Guillaume, en plein cauchemar depuis que des gendarmes sont venus l'arrêter et le mettre sur le grill pour lui faire révéler... quoi ? Lui-même l'ignore ! On se trouve donc une fois de plus dans cette zone grise entre la blanche et la noire, surtout lorsqu'on comprend peu à peu que le roman s'inspire d'un fait divers récent (dire lequel serait déflorer). L'auteure a assez de science de l'écriture pour faire passer ces différents points de vue, parfois très fugitifs. Mais... Et là, avertissement au lecteur, comme dans les romans à énigme, on ne peut décortiquer le tout sans déflorer. Dont, continuez en connaissance de cause ci-dessous...
Il s'agit de l'affaire Véronique Courjault, du nom de cette mère qui a mis au monde des enfants qu'elle a tués et collé dans un congélateur. Et c'est là que le bât blesse. Comme toutes les mères infanticides, Véronique Courjault a déjà eu droit à toute la "mansuétude" de la justice, et là, on ne sait trop si Agnès Laurent voulait également la dédouaner de toute responsabilité tout en détaillant ce qui reste malgré tout des crimes (rassurez-vous, l'épilogue est court, mais la morale reste sauve, c'est le mari qui finit en prison). On n'a pas vraiment plus d'éléments sur le drame, le prisme de la fiction étant alors bien pratique, si bien qu'on se perd sur les intentions exactes poussant à raconter cette histoire déjà connue sous ce qui devrait être un autre éclairage ici absent. Ce qui, bien sûr, ne retire rien aux qualités purement littéraires.

Citation

Guillaume croit qu'au moindre problème, on peut compter sur ses frères et sœurs. Il ne sait pas qu'au contraire, on ne peut compter que sur soi.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 05 juillet 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page