Pandémonium

Il enfila son casque et se dit qu'il n'avait pas du tout envie de boire un coup avec ces gens-là. Et pas de ce genre de boissons non plus. Perrin aimait la vodka. Et les raviolis russes, énormes, farcis de viande juteuse. Il avait oublié comment ça s'appelait.
Daria Desombre - Les Disparues du tableau
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 08 décembre

Contenu

Roman - Noir

Pandémonium

Politique - Gang - Trafic MAJ lundi 13 septembre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Sylvain Kermici
Paris : Les Arènes, septembre 2021
276 p. ;
ISBN 979-10-375-0463-0

Aucune sortie n'est possible

Dans la ville existe une organisation criminelle aux multiples ramifications. Elle se surnomme même l'hydre. À sa tête (un comble pour une hydre...), Jacob, un personnage mystérieux qui a créé toute une mythologie et une rhétorique pour gérer les équipes et les différentes branches de son activité, dans une sorte d'agitprop : mettre en opposition sans cesse les branches, les pousser même à se révolter contre le centre et les chefs, pour les écraser et liquider en parallèle ses propres forces si elles ne sont pas capables. Ce même Jacob s'est installé dans un cinéma, au nom lui aussi évocateur : le Léviathan. Ce cinéma diffuse des films pornos et dispose d'arrière-salles nombreuses pour que chaque client puisse voir s'accomplir les fantasmes les plus ultimes, y compris celui d'être mis à mort (il y a même une équipe spécialisée qui se charge de nettoyer et de faire disparaitre les corps). Entre les spectateurs et les clients, les membres des groupes criminels, et les agents de surveillance de Jacob se promènent et viennent rendre compte à leur chef. Mais dans le roman de Sylvain Kermici, une rébellion s'organise. Un groupe de seconds couteaux veut détrôner Jacob, et a mis au point un plan complexe devant lui permettre d'y arriver. Les forces tournent autour du cinéma et de ses multiples entrées et sorties pour investir le lien et liquider Jacob. Cependant, au cœur de l'Hydre, Jacob sait sans doute déjà tout ce qui se passe...
Le roman assez court et son récit se concentre sur les quelques heures de ce coup d'État en décrivant différents points de vue - soliloques de Jacob sur la puissance et la stratégie, dans des théories politico-mystiques, descriptions des actions des membres du coup d'État et de leur façon de fonctionner, détails sur les pensionnaires habituels du cinéma, leurs diverses occupations. Le récit oscille donc surtout entre des scènes d'action et des scènes érotiques ou pornographiques, le tout raconté avec noirceur : tout est vain, tout est dirigé depuis le départ. Le pouvoir, quel qu'il soit, a une tendance à vouloir persévérer sans s'occuper des conditions mêmes de cette survie. Sylvain Kermici nous offre un récit cynique sur le pouvoir, les pulsions humaines, la fatalité, à travers une histoire qui est une parabole sur notre propre condition, à savoir celle d'un monde pourrissant, où des gens louches s'entretuent sans raison au milieu de spectateurs qui se concentrent sur leurs propres envies et désirs. Pandémonium est une fable de notre temps, à la mode polar noir.

Citation

Alors écoutez-moi. Acceptez la violence comme un état naturel, fondamental. Acceptez-la comme la friction des particules permettant à la matière d'être stable. La violence permet que vous existiez.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 06 juillet 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page