Les Sept tours du diable

C'est vrai que, une fois de temps en temps, la meilleure solution pour aller du point A au point B, c'est de ligoter le propriétaire de la baraque.
Donald Westlake - Motus et bouche cousue
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Les Sept tours du diable

Ésotérique - Disparition - Complot MAJ jeudi 05 août 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Jean-Luc Aubarbier
Montesson : City, mars 2021
316 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8246-1831-9
Coll. "Thriller"

Nazis dans le rétro

Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec sont sur le point de partir pour Jaïpur, en Inde, pour un congrès d'archéologie lorsque Cavaignac reçoit une lettre d'un ami médecin chercheur, François Joubert, venant de Bénarès. Une missive présageant d'événements terribles et signée de l'appel auquel nul franc-maçon ne peut se dérober. Mais lorsqu'ils gagnent le lieu du rendez-vous, Joubert n'est pas là et personne ne l'a vu depuis deux semaines. Ils apprennent que celui-ci travaillait sur des mouvements hindous ultra-réactionnaires liés à un complot mondial pour rétablir un ordre racial imaginé par les nazis. Fariboles ? Mais la clé se trouve peut-être dans les carnets d'un espion anglais nommé Martin Sheen, envoyé en Inde pour entrer dans les petits papiers d'Ignaz Trebish-Lincoln, un personnage romanesque : né hongrois, devenu citoyen britannique, il trahit son pays d'adoption en 1918, puis part en Allemagne où il assiste à la naissance du nazisme. Enfin, émigré à Shangai, il se convertit au bouddhisme et s'acoquine avec les Triades. C'est lui que les nazis mettent en première ligne : dans leurs délires mystiques, la race pure aryenne est née au Tibet et Hitler, devenant Dalai Lama, unirait les grandes religions du livre. Aujourd'hui, il semblerait que quelqu'un soit prêt à tuer pour ces carnets...
Jean-Luc Aubarbier continue de creuser son sillon : l'aventure débridée teintée d'ésotérisme avec ses Indiana Jones modernes. S'y mêle ici un peu plus d'histoire que d'habitude avec une section vouée aux délires nazis ayant entraîné dans leur suite une partie de l'Asie, montrant clairement au passage que les idées de l'excité de Munich ne sont pas nées par génération spontanées. Quant au fait qu'elles puissent ressortir de nos jours, l'actualité ne cesse de le rappeler. Selon l'habitude de l'auteur, ce travelogue faisant voyager de l'Inde à l'Allemagne en passant par Strasbourg et l'Irlande fonce à un rythme effréné sans jamais s'essouffler, même si les personnages y perdent un peu. On pourra regretter que ce titre un tantinet racoleur et la couverture (magnifique) puisse induire en erreur. Les tours du titre déjà citées dans d'autre opus n'ont qu'un rôle périphérique à l'intrigue. Mais les habitués des romans Jean-Luc Aubarbier ne seront pas déçus.

Citation

L'Inde était toujours une chaudière prête à exploser sous la poussée des communautés religieuses qui se disputaient pouvoir et territoire. Les nationalistes hindous militaient pour un retour à une Inde d'autrefois qui n'avait existé que dans leur imagination tandis que les partisans de Mahomet envisageaient toujours d'imposer leur charia.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 05 août 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page