Amqui

Depuis trente ans, les gens au pouvoir et leurs amis s'étaient préoccupés avant tout de leurs intérêts et avaient figé Brisbane hors du temps.
Andrew McGahan - Derniers verres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 16 septembre

Contenu

Roman - Policier

Amqui

Road Movie - Assassinat - Corruption MAJ vendredi 27 août 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 21 €

Éric Forbes
Marseille : Le Mot et le reste, août 2020
264 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-36139-597-1
Coll. "Littératures"

De la théorie à la pratique

L'auteur est né à Amqui et est libraire. Le personnage central du roman est né à Amqui et est libraire. Mais nous aimerions bien que la ressemblance s'arrête-là. En effet, tout commence avec sa libération anticipée de prison, où il a été condamné pour un meurtre. À peine est-il sorti, qu'il veut se venger. Pris dans un taxi, le chauffeur le tripote et alors il le tue. Puis il va continuer son bonhomme de chemin, un chemin semé de nombreux cadavres. Tout d'abord un tueur envoyé par le patron de celui qu'il a tué des années plus tôt. Ensuite d'autres gangsters qui gardent une cagnotte de dealers dont il aimerait s'emparer. Puis c'est au tour de sa mère qu'il euthanasie. Deux policiers sont envoyés à sa recherche car ils ont réussi à faire le lien entre lui et le chauffeur de taxi. L'un d'eux est un policier mal dans sa peau, souffrant depuis la mort de son fils, et qui boit un peu trop, ce qui fait de lui un flic borderline que sa collègue a de plus en plus de mal à couvrir. Mais il reste un bon policier et il flaire du louche dans cette libération anticipée. Il aimerait savoir pourquoi un policier de la gendarmerie royale est derrière cette libération, et quel est le rapport possible avec un chef de parti politique qui joue sa réélection.
Le personnage est un libraire qui adore lire des romans policiers. Il en aura au moins retenu que les hommes de pouvoir ont des cadavres dans le placard, des scandales qu'il faut étouffer, y compris en s'appuyant sur les forces criminelles. Que la police est composée d'alcooliques qui ont de forts problèmes psychologiques. Que la bonne défense c'est l'attaque et que dégommer de toutes les manières possibles un adversaire est un passe-temps honorable. Sorti en 2017 au Canada, ce roman a obtenu le prix Jacques-Mayer du premier polar. Il est possible de se poser la question du pourquoi. Sans être mauvais, le roman accumule les stéréotypes, avance en répandant du sang avec vigueur et insouciance, sans que l'on saisisse exactement les motivations du personnage central. Quant au policier, lui aussi il ressemble à une caricature. Si c'est une volonté de rendre un hommage et de jouer une variation sur des thèmes noirs, alors Éric Forbes joue bien de sa partition, mais tout ça ressemble plus à une musique d'aéroport qu'à une ritournelle des Rolling Stones.

Citation

Dans l'ascenseur, maudissant l'abruti qui avait eu l'idée géniale de le couvrir de miroirs, il se contorsionna pour éviter de contempler sa gueule et celle d'une vieille dame allongée sur une civière, qui le fusillait du regard comme s'il était à l'origine de ses malheurs : la moitié de son visage s'était affaissée, et elle bavait autant qu'un saint-bernard.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 27 août 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page