Drôle de temps

- Son père m'a trouvé du boulot dans la grande imprimerie à l'extérieur d'Indianapolis. On y imprime et relie des livres. C'est la qu'on a imprimé le Da Vinci Code.- Je n'en ai jamais entendu parler.
George P. Pelecanos - Un jour en mai
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 octobre

Contenu

Nouvelle - Thriller

Drôle de temps

Fantastique - Social - Assassinat MAJ mardi 21 septembre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Joe Hill
Strange Weather - 2017
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Thiberville
Paris : Jean-Claude Lattès, septembre 2021
450 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7096-6608-4

N'oubliez pas de sortir couvert

Pour ceux qui l'ignoreraient, Joe Hill est le nom de plume du fils de Stephen King. Souvent, ses écrits ressemblent un peu à ceux de son père, et s'appuient sur des intrigues qui s'apparentent aux épisodes d'une ancienne série comme La Quatrième dimension. À partir d'un événement précis, fantastique la plupart du temps, l'auteur déroule les conséquences quotidiennes de cette situation de départ pour un personnage. Jouant sur le suspense, et le "réalisme" (une fois les prémices acceptés), les récits fonctionnent sur la tension et la montée de l'horreur. C'est encore le cas avec ces quatre nouvelles, dont l'une lorgne beaucoup plus du côté policier classique. Dans "Instantané", nous allons suivre un jeune garçon qui veut aider sa voisine atteinte d'Alzheimer, et qui lui dit de se méfier de l'homme au polaroid. Peu à peu, nous allons justement rencontrer un homme qui semble être quelqu'un qui a commis des actes délictueux des années auparavant et qui vient photographier de nombreuses fois les témoins de ses actions. Plus il les prend en photo, plus ils perdent la mémoire. Comment le jeune garçon va-t-il se débrouiller ? "Là-haut" est typique aussi des intrigues de Joe Hill. Alors qu'il effectue (beaucoup contre son gré) un saut en parachute pour rendre hommage à une amie morte (ceci expliquant cela), un homme tombe sur un nuage solide qui semble intelligent et est capable de rendre matériel les choses dont il a besoin (mais la nourriture reste dangereuse pour son estomac). Comment se sortir de cette situation occupe ses pensées en même temps qu'il se souvient de la défunte et de leurs relations complexes. Dans "Pluie", c'est un produit chimique répandu par avion qui transforme la pluie inoffensive en aiguilles plus ou moins grosses déchiquetant les passants. L'héroïne de l'histoire perd ainsi sa petite amie, et est surveillée par une secte voisine qui aurait prédit l'événement. Se pose alors la question de comment survivre dans ces conditions. Mais c'est avec "Chargé" que le récit est le plus classique dans le genre policier. Tout tourne autour de Kellaway, un agent de sécurité, obnubilé par les armes à feu, et qui va commettre un meurtre lors d'une intervention dans un centre commercial. Pour cacher sa faute, il va faire croire qu'il a en fait tenté d'arrêter un tueur de masse et va faire passer sa victime pour un dommage collatérale de la personne qu'il a abattue. Mais, c'est compter sans une journaliste noire qui a des doutes et qui veut la justice depuis des années, et le fait que son ami à elle ait été abattu dans une tragique méprise. Au final, Drôle de temps est un recueil de bonne tenue, même si une nouvelle (la plus longue, presque un court roman de cent soixante pages) concernera plus que les amateurs au sens strict de littérature policière, dans sa description d'une Amérique hantée par les armes à feu, et dont la chute est un modèle de noirceur. Mais les trois autres nouvelles sont des récits fantastiques qui jouent avec vigueur sur une idée de départ exploitée de manière intelligente.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles inédites suivantes : "Instantané", "Chargé", "Là-haut" & "Pluie".
"Instantané" est parue sous le titre original "Snapshot, 1988" in Cemetery Dance n°74/75 en 2016.

Citation

En voyant l'appareil, j'ai tout de suite compris que c'était lui – l'homme polaroid que craignait Mme Beukes. Le type sournois dans sa Cadillac blanche décapotable, avec son toit rouge et ses sièges rouges. Il maitrisait son code couleur, ce salaud.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 31 août 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page