Maldonnes

Pour lui, K. Street n'était pas une rue banale et élégante de Washington, non, c'était un fleuve. Un fleuve qui prenait sa source dans ces immeubles à l'architecture massive et néo-classique et qui charriait une eau trouble, puissante et parfois dévastatrice. Celle du pouvoir. Ou plutôt de ce qui précédait le pouvoir : l'influence.
Jacques Ravenne & Éric Giacometti - Conspiration
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 octobre

Contenu

Roman - Noir

Maldonnes

Politique - Gang - Trahison MAJ mercredi 22 septembre 2021

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Serge Quadruppani
Paris : Métailié, mai 2021
298 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 979-10-226-1134-3
Coll. "Noir"

Fiction et réalité entremêlées

À un moment dans le fil du roman de Serge Quadruppani, un truand dit cette phrase énigmatique : "Il y a maldonne." Une mauvaise compréhension comme il y en aura plusieurs dans le roman, et des quiproquos qui ne provoqueront pas forcément des rires, mais plutôt des cadavres. Mais maldonne pourrait être aussi un jeu de mot bilingue un peu tiré par les chevaux. Y aurait-il des mauvaises femmes dans ce livre ? On pourrait le croire car le personnage central a fort à faire avec Olga, une jeune femme, plus forte qu'il ne le croit, et qui le fait tourner en bourrique. Surtout, ce qui attire dans ce roman, ce sont les clins d'œil de l'auteur. À travers le destin d'Antonin, un jeune homme qui se rêve révolutionnaire et pense que l'action directe, la redistribution des biens, c'est-à-dire le vol, est une possible bonne action, c'est toute une ancienne période qui est revisitée. Puis, Antonin se dit qu'être auteur ou traduire les autres pour arrondir les fins de mois, ce serait bien. En même temps, il va soutenir un "vrai" truand, qui crie son innocence et obtient des soutiens de l'intelligentsia de gauche. Du coup, c'est Antonin qui va se trouver à récupérer et cacher le magot que ce dernier a vraiment volé. Pour faire tomber ce truand, ses complices lui collent le meurtre d'un artisan sur le dos et il aura bien du mal à s'en dépêtrer, surtout que son alibi, c'est qu'il se trouvait entre les cuisses de son avocate...

Comme l'indiquent tous ces éléments, les lecteurs habitués du genre et de la biographie plus précise de Serge Quadruppani, auront reconnu des faits connus : les milieux polars proches de l'extrême gauche, des voleurs soutenus comme révoltés contre la société, d'autres accusés (et condamnés) pour des crimes commis par on ne sait qui, des truands abattus par un groupe Honneur et Police qui semble être surtout le moyen d'action de ripous contre les gangsters qui les auraient doublés, des magots cachés à droite ou à gauche et que beaucoup recherchent, un auteur traducteur attiré par l'Italie. Ce qui est surtout intéressant c'est que l'auteur joue presque au jeu du complot : il ajoute des éléments que l'on sait réels au sein d'une histoire fictive pour en proposer une relecture savoureuse. Et pour ce faire, Serge Quadruppani propose une intrigue savamment construite. Une première partie relate une histoire ancienne racontée par le personnage d'Antonin, double (?) fantasmé (?) de l'auteur, avant d'alterner dans une seconde partie les discours de trois protagonistes, ce qui permet de multiplier les possibilités de compréhension. Du coup, les frontières entre la fiction, la réalité ou n'importe quel interstice entre les deux se brouillent, créant un roman à facettes bougrement stimulant. Les points d'interrogation entre parenthèses sont juste le symbole de ce qui se passe dans la tête du lecteur tout au long du livre et le final prolonge cette valse-hésitation. Même si l'on ne connait pas toutes ces possibilités d'extrapolation du monde réel, le récit est construit, comme l'a été le film Usual Suspects, de manière à emporter la conviction d'un roman intelligent, noir et fort.

Citation

Dans les années 70 et jusqu'au milieu des années 80 du siècle dernier, la fêlure de 68 a laissé surgir sur le territoire français et bien au-delà une minorité active dont je n'ai aucune honte ni fierté particulière à dire que j'en étais.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 22 septembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page