L'Homme intérieur

Sous un ciel brulant où courait une meute de nuages boursouflés, la pirogue de la gendarmerie remontait le Maroni pour gagner Wetisoula, un village aluku. Trois décès suspects, aux dires de la compagnie de Saint-Laurent-du Maroni.
Colin Niel - Les Hamacs de carton
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 16 octobre

Contenu

Roman - Noir

L'Homme intérieur

Historique MAJ mardi 26 janvier 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,9 €

Jonathan Rabb
Shadow and Light - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Bernard Cucchi
Paris : 10-18, janvier 2010
480 p. ; 18 x 10 cm
ISBN 978-2-264-04974-2
Coll. "Grands détectives", 4303

Fritz Lang mène l'enquête

Nous sommes en 1927 en pleine République de Weimar, dans le Berlin des cabarets, de la vie débridée et décadente, de l'expressionnisme et de la montée du nazisme. Un Berlin hivernal, à l'obscurité opaque de la nuit et à la lumière aveuglante du jour (référence au titre original "Shadow and Light"), un Berlin fait de contrastes irréconciliables.

Nikolaï Hoffner est Oberkommissar de la Kripo (police criminelle) à l'Alexanderplatz. Dans les studios de l'UFA où Fritz Lang tourne son grandiose Métropolis, un producteur, Thyssen, est trouvé mort dans une baignoire. Tout laisse penser à un suicide, mais l'enquête s'achemine de plus en plus vers un meurtre. Plusieurs pistes sont possibles : Thyssen est-il mêlé à une production de films pornographiques ? Ou bien s'intéressait-t-il à la fabrication du cinéma parlant en vue de dominer Hollywood ? Ou bien encore a-t-il des liens avec le parti nazi à la conquête du pouvoir ?

L'Homme intérieur est le deuxième volet d'une trilogie dont le premier volume Rosa, une enquête sur la mort de Rosa Luxembourg en 1919, n'a pas (encore ?) été traduit en français. C'est regrettable, car certaines allusions au passé de Hoffner sont obscures pour qui n'a pas accès au précédent opus. C'est malheureusement un reproche qu'on peut faire à l'ensemble de ce roman aussi :  les dialogues ne sont pas toujours compréhensibles, l'intrigue est trop embrouillée, trop riche et elle n'est pas résolue de façon convaincante à la fin. Peut-être l'auteur voulait-il trop bien faire, montrer la complexité du Berlin de cette époque ? Néanmoins après avoir dépassé un cap de lecture, on apprend et découvre un certain nombre de faits concernant l'histoire tourmentée de l'Allemagne.

Citation

Et si le soleil ne tarda pas à briller dans toute sa violence, son apparition apporta une pesanteur dont, étrangement, la nuit ne semblait pas accablée. Un seul sentiment prédominait : l'absence de joie.

Rédacteur: Valérie Sebag jeudi 14 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page