Zone blanche

C'est le problème de tous les flics. À force de côtoyer la lie de la société, on devient de plus en plus fous, à garder notre calme.
Mathieu Croizet - Polka
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 octobre

Contenu

Roman - Noir

Zone blanche

Social - Musique - Disparition MAJ lundi 04 octobre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Jocelyn Bonnerave
Rodez : Le Rouergue, août 2021
212 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-2215-1
Coll. "La Brune"

Au cœur de la ZAD

Maxime a commencé la musique avec son frère, Christophe. Mais avec le temps, ils se sont éloignés. Maxime vit à présent de son métier et commence même à avoir un certain succès. Son frère, lui, est plutôt parti vers les mouvements alternatifs. Actuellement, il participe à une ZAD, avec sa compagne, Emeline, et leur fille, Lilia. Au début de Zone blanche un rapprochement va s'effectuer mais pas de la manière attendue. Alors qu'il est en pleine tournée de concertes, Emeline appelle Maxime car Christophe a disparu au milieu d'échauffourées avec les forces de l'ordre venues évacuer la ZAD. Maxime, entre deux concerts, part dans l'Est, où les paysans et le gouvernement s'opposent à propos de la future décharge de déchets nucléaires. Alors Maxime participe aux opérations de recherche concernant son frère, et en profite pour découvrir cette "famille" qu'il ne connait pas et le monde des zadistes qui lui est assez hermétique. Il se trouve lié également aux paysans, entre ceux qui sont résolus à se battre, d'autres plus fatalistes, et ceux qui acceptent même la disparition de leur mode de vie. Cela étant dit, une question reste en suspend : où est passé Christophe ? Plusieurs hypothèses font surface : il a été tué et sa mort cachée par les forces de l'ordre après la mauvaise presse suite à l'affaire Rémi Fraisse ; il est blessé et agonisant dans un endroit non exploré ; il a profité de l'occasion pour quitter femme et enfant.

Le roman de Jocelyn Bonnerave n'est pas, stricto sensu, policier dans la mesure où la disparition du frère est le lanceur de l'action, sa recherche un élément important, mais la résolution de l'histoire n'est pas essentielle. D'ailleurs, elle ne sera même pas évoquée dans le roman, les pistes pouvant laisser penser à toutes les solutions possibles. Ce qui est important dans l'histoire c'est la façon dont, d'une part, le personnage découvre un milieu qu'il ne connait que par les actualités et comment il va s'y insérer et, d'autre part, comment la disparition de ce frère lui permet de renouer avec lui justement, avec ce qu'il est (ou était). C'est cette évocation, au quotidien, des zadistes, avec leurs luttes, leurs prises de bec, les tactiques des forces de l'ordre, les luttes et discussions, les impasses même du mouvement qui sont au cœur d'un roman classique et qui présente bien les éléments qui est fondamentale et intéressante. On notera également que l'auteur est musicien et qu'il décrit avec soin (et cela transparait aussi par le rythme donné à son texte) à la fois la carrière du personnage et les "travaux musicaux" du frère, disc-jockey à ses heures perdues. Jocelyn Bonnerave a écrit un roman fin et rythmé sur un sujet toujours plus d'actualité.

Citation

Christophe était toujours coiffé en pétard, le cheveu noir et raide, comme le petit héros du dessin animé, Son Goku. J'ai dû l'appeler Goku jusqu'à l'adolescence, après quoi c'était redevenu Christophe, ou Tof. Visiblement, sur la ZAD, 'Goku' a repris du service.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 04 octobre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page