La Mort sans visage

Le bled, c'était la pauvreté. La France, désormais, ce serait la pauvreté et la solitude.
Zolma - Mistral cinglant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 octobre

Contenu

Roman - Policier

La Mort sans visage

Fantastique - Médical - Procédure MAJ jeudi 07 octobre 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Kathy Reichs
A Conspiracy Of Bones - 2020
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Stéphanie Leigniel, Dominique Haas
Paris : Robert Laffont, mai 2021
444 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-221-24794-5
Coll. "Thriller"

Fantôme à domicile

Temperance Brennan, l'anthropologue médico-légale bien connue, se remet à peine d'un AVC lorsqu'elle surprend dans son jardin un homme inquiétant en trench-coat. Est-ce vraiment une apparition ou une émanation de son esprit diminué ? Elle reçoit alors des SMS montrant la photo d'un cadavre au visage dévoré, aux mains tranchées. Celui-ci finit par être retrouvé : le corps a été partiellement dévoré par des cochons sauvages. Qui est cet inconnu et pourquoi avait-il son numéro de téléphone ? Malheureusement, après la mort du docteur Larabee, médecin en chef et supérieur de Brennan, est nommé une nouvelle cheffe, Margo "Dr Morgue" Heavner. Les deux femmes sont déjà entrées en conflit suite à la surmédiatisation de la "Dr Morgue", son manque d'éthique et d'intégrité, et sa détestation est telle qu'elle fera tout pour entraver l'enquête. Brennan n'a d'autre choix que de sortir du système pour mener son enquête en solo avec pour seul aide le policier en retraite Erskine "Le Maigre" Slidell. Mais la piste qu'elle suit ne cesse de se contredire. L'homme s'est-il suicidé ou a-t-il été assassiné ? Est-ce un espion, un ravisseur d'enfants, ou pire encore ? Quel rapport avec le naufrage du ferry L'Estonia en 1994, qui semblait intéresser de près le défunt ? Pourquoi avait-il la photo d'un enfant disparu depuis des années ? Et que viennent faire les théories conspirationnistes d'une bande d'allumés dont un gourou médiatique ?

Kathy Reichs ayant connu le Graal absolu des auteurs en étant adaptée en série télévisée (qui plus est avec un certain succès), on présume qu'elle pourrait publier sa note de commissions qu'on se sentirait obligés de trouver ça génial ; il est donc tout à son honneur de voir qu'elle essaie encore d'écrire des livres au lieu de suivre la route de l'auteure-valium Viveca Sten. Mais là... Est-ce en effet le syndrome série télévisée qui a frappé ou les problèmes de santé de l'auteure (ben oui, même les auteurs sont des êtres humains) qui ont fait tache ? Car le tout commence plutôt bien, même s'il est préférable d'être à jour des derniers développements de la saga, mais se gâte très vite. On y trouve deux des tares du genre actuellement : une façon de lisser les moments importants du récit en mettant tout sur le même plan (symptomatique de la série télévisée) et le syndrome de Livre ventripotent™, soit la difficulté de noircir de la page quoi qu'il arrive. Car l'intrigue est de plus en plus embrouillée, balançant dans un mixeur des éléments épars potentiellement intéressants s'ils daignaient être mis en valeur. On redoute que l'auteure nous fasse un Lost, c'est-à-dire qu'elle empile les mystères sans jamais rien résoudre dans l'espoir que le prochain fasse oublier le précédent, mais la conclusion, quoique ouverte, réussit à nouer tant bien que mal les différents fils. Quant aux problèmes de la narratrice incapable de discerner ce qui est réel de ce qui ne l'est pas, ils sont une fois de plus sous-traités alors qu'ils sont censés être au cœur de l'intrigue. Ce n'est pas nul, on apprécie une protagoniste qui ne cesse de douter au lieu des personnages infaillibles habituels, mais on sent une perte de vitesse. En attendant le prochain ? À noter que les titres français et originaux n'ont qu'un rapport lointain avec l'intrigue...

Citation

Je faisais allusion à un type de vol d'identité qui consiste à usurper le profil d'un mort. Généralement, le 'fantôme' est du même âge que celui qu'il pille, afin que les dates de naissance des faux documents soient crédibles.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 07 octobre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page