Filles de Lilith

Tu sais, le monde judiciaire a changé. Avant, on faisait notre enquête, on transmettait nos preuves au proc, puis le verdict paraissait dans la presse. Dorénavant, les médias font état de soupçons, les juges orientent leur instruction en fonction du retentissement d'une affaire. Si les think tanks et les lobbyistes utilisent leurs accointances médiatiques, l'inculpé se transforme aussitôt en coupable... Et quand la relaxe tombe, ça n'intéresse plus personne.
Carl Pineau - Pour quelques millions !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 mai

Contenu

Roman - Thriller

Filles de Lilith

Social - Religieux - Vengeance MAJ jeudi 28 octobre 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Sarah Blau
Traduit du hébreu par Sylvie Cohen
Paris : Presses de la Cité, octobre 2021
252 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-19452-6
Coll. "Sang d'encre"

Femmes en Israël

Tout débute il y a quelques années, lorsque quatre étudiantes israéliennes, féministes, ont essayé de secouer un peu le cocotier de la tradition des études religieuses. Parmi elles, Sheila, qui eut une excellente idée mais en parla à son amie, Dina, avant de la développer, ce qui laissa le temps à cette dernière de la publier et de devenir célèbre. Trois des quatre femmes connurent aussi un peu de célébrité en se déclarant contre la maternité. La quatrième fut enceinte, accoucha de jumelles, en tua une avant de se suicider, suite à un stress post partum. Là-dessus, des années ont passé. Dina est une personnalité en vue quand elle appelle Sheila pour discuter, mais finalement les deux femmes se disputent. Quelques heures après le départ de Sheila, Dina est retrouvée assassinée, dans une mise en scène macabre, laissant à penser aux premiers pas d'un tueur en série. Même si Sheila semble s'en moquer, ce n'est pas le cas de la troisième amie, devenue, elle, actrice célèbre. Lorsqu'elle est retrouvée assassinée à son tour, dans une mise en scène encore plus morbide, juste après s'être disputée en public avec Sheila, cette dernière apparait encore plus coupable. Un jeune policier, devenu son amant la défendra-t-il ?

Si l'on se réfère à cette intrigue résumée en quelques lignes, on peut se dire que Filles de Lilith est un pur thriller. Mais le roman de Sarah Blau s'apparente plus à un texte de littérature générale, parsemant son intrigue pour lui donner un peu de goût. Il est surtout centré sur la figure d'une Sheila contemporaine, n'hésitant pasà revenir par des flashbacks sur ses relations avec les trois autres femmes, après un meurtre. Puis comme le ronron s'installe, l'auteure relance son intrigue avec un deuxième meurtre puis de nouveaux flashbacks qui font cette fois intervenir la deuxième fille de la jeune femme qui s'est suicidée. Enfin les perspectives se transforment avec un policier qui n'en est peut-être pas un mais quand même peut-être un peu. Le tout est entrelardé de passages sur la Bible, les femmes fortes qui s'y trouvent, comment elles ont été maltraitées par les hommes, et le refus de la maternité, le tout symbolisé par la lutte entre Ève et Lilith, la femme élue et celle diabolisée. Entre le discours féministe, les sorties universitaires, des détails intéressants sur la chape de plomb religieuse en Israël, et une histoire mal construite, Filles de Lilith est un texte qui hésite trop entre les genres, qui est écrit par une femme sans nul doute talentueuse, mais qui ne sait comment manier une intrigue policière. À réserver aux amateurs intéressés par une histoire plus "blanche" autour de thèmes féministes.

Citation

J'avais éclaté de rire quand le radiologue m'avait demandé si j'étais enceinte. Le personnel soignant, ce soir-là, ressemblait à une brochette de tantes curieuses réunies autour de la table du Seder de la Pâque. J'en riais encore pendant qu'il m'aidait à enfiler le tablier de plomb protecteur.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 28 octobre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page